Le double vote : une première pour le Burkina Faso

30 nov. 2012

imageGrace au système d'enregistrement biométrique récemment mis en place, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a été en mesure d'atteindre les zones les plus reculées, 4 millions d'électeurs sont inscrits, près de la moitié sont des femmes. Crédit: CENI, le Burkina Faso

 

Ce dimanche, les Burkinabès se rendront aux urnes pour élire simultanément 127 députés et 18 584 conseillers municipaux.

Première expérience électorale de ce type, les scrutins couplés permettront de consolider le processus démocratique au sein de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest. Pour la première fois également, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a opté pour une liste électorale plus fiable en choisissant l’option biométrique.

Plus de 3000 candidats sont en lice pour 127 sièges à l’Assemblée nationale. Pour les municipales, des milliers de conseillers municipaux seront élus, désignant les maires des 302 communes rurales et 49 communes urbaines.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en collaboration avec les gouvernements de Suède, du Danemark, du Luxembourg, de Suisse et de l’Union européenne (UE), appuie les élections grâce à un projet de 9,3 millions de dollars.
 
Cet effort permettra d’assurer assistance technique, logistique, éducation civique et formation du personnel électoral.

En pleine saison des pluies, c’est-à-dire avec difficulté pour atteindre les régions les plus reculées, l’enregistrement biométrique a permis d’inscrire quatre millions de citoyens sur la liste électorale, dont 48 pourcent de femmes.

Le PNUD a créé et assuré l’impression des bulletins de votes, conçu la base de données des candidats, ainsi qu’élaboré les guides de formation pour l’utilisation du logiciel biométrique. En outre, le PNUD a élaboré un guide pratique des agents des bureaux de vote et assuré sur l’ensemble du territoire la formation de 70 000 agents des bureaux de vote.

L’éducation civique a été assurée par des organisations de la société civile qui ont diffusé des messages de paix, de démocratie et d’apaisement durant tout le processus.

La CENI a accrédité 7 000 observateurs domestiques et 200 observateurs internationaux, notamment de l’Union Africaine, de la CDEAO et de l’UMOA.