Une nouvelle feuille de route pour Haïti

24 sept. 2012

image

New York – Le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe et une cinquantaine de représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales – dont l’acteur, réalisateur et militant Sean Penn – ont présenté une nouvelle feuille de route pour mieux coordonner la transition de la phase humanitaire à celle de développement à long terme en Haïti, avec une transparence et une responsabilisation accrues.

La réunion, organisée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), s’est déroulée au cours de la 67e session de l’Assemblée générale des Nations Unies afin de définir les prochaines mesures que prendra le gouvernement pour coordonner les organisations humanitaires, caritatives et de développement dans son pays.

« Nous ne voulons plus être connus comme la « nation-ONG », a déclaré le Premier ministre haïtien Laurent Lamothe. C’est pourquoi cette feuille de route arrive à un moment crucial : nous devons mieux canaliser nos appuis, sous la direction du gouvernement haïtien. »

Plus de 500 ONG nationales et internationales sont à l’œuvre en Haïti, d’après les chiffres officiels. Cela dit, le gouvernement reconnaît que ce nombre peut dépasser le millier, plus de deux ans après le séisme dévastateur qui a tué plus de 200 000 personnes et en a déplacé 1,5 million en janvier 2010.

En outre, ce sont des ONG qui s’occupent de la mise en œuvre de nombre de programmes financés par des agences, fonds et programmes des Nations Unies en Haïti. Plus de 13 pour cent des 550 millions de dollars dépensés en 2011 sont allés à des ONG haïtiennes et neuf pour cent à des ONG internationales.

Les opérations lancées en réponse au séisme de 2010 en Haïti témoignent aussi des défis fréquents auxquels est confrontée la communauté humanitaire et de développement, comme cela a été le cas dans d’autres situations de crise.

« L’expérience nous a appris qu’une bonne coordination entre les multiples acteurs est essentielle pour éviter de peser lourdement sur des institutions nationales ayant déjà atteint leurs limites et pour que la priorité soit donnée à certaines initiatives, a expliqué la Secrétaire Générale adjointe des Nations Unies et Administrateur adjoint du PNUD Rebecca Grynspan.

Pour éviter une trop grande fragmentation sur le terrain, la communauté internationale doit apporter un renfort aux institutions nationales et à leurs structures de coordination. »

Les organisations non gouvernementales présentes à cette manifestation ont salué la feuille de route, et en particulier la volonté du gouvernement d’organiser un Forum national des ONG, de mettre sur pied un processus de consultation sur une nouvelle loi concernant ces dernières et de créer des modalités pour leur représentation afin de renforcer les mécanismes actuels de coordination de l’aide.

Sean Penn, fondateur de l’ONG J/P HRO a aussi accueilli le nouveau plan avec chaleur et insisté sur l’importance du travail des ONG en Haïti. Il a cité les nombreux obstacles que les Haïtiens ont eu à surmonter, même avant le séisme qui a ravagé leur pays.

« La première priorité pour nous tous – et en particulier pour notre organisation – est de reloger les plus de 360 000 personnes qui vivent encore sous tente. Mais la propriété foncière a été un obstacle majeur », a-t-il confié.

Sean Penn a aussi souligné les grands progrès qui ont été accomplis, surtout quand on se rappelle les jours qui ont suivi le tremblement de terre. Il s’était rendu sur place à l’époque pour offrir son appui. L’acteur et travailleur humanitaire a appelé « les médias internationaux sceptiques » à faire connaître certaines des grandes réussites du gouvernement actuel et de ses partenaires, qui aident à façonner un avenir plus constructif pour les Haïtiens.