La famine en Somalie n'existe peut-être plus, mais 2,3 millions de Somaliens vivent encore en situation de crise

3 févr. 2012

Nairobi, Kenya  – l'intensification importante de l'aide humanitaire et des récoltes exceptionnelles ont permis de lutter contre la famine en Somalie. Cependant, d'après l'analyse du Groupe d’évaluation de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU) et du Système d'alerte rapide aux risques de famine (FEWS NET) publiée le 3 février, toute interruption de cette aide risque d'en anéantir les bienfaits.

« Les résultats positifs obtenus sont fragiles et tout gain risque d'être perdu sans une aide soutenue », explique Mark Bowden, le Coordonnateur de l'assistance humanitaire des Nations Unies en Somalie, qui joue également le rôle de Représentant résident pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les données les plus récentes révèlent que 2,34 millions de Somaliens ont encore besoin d'une aide nécessaire à la survie. Dans certaines régions du sud du pays, 1,7 million de personnes ont besoin de nourriture, d'eau potable, d'un abri, et d'autres types d'aide juste pour survivre. Le taux de mortalité demeure l'un des plus élevés au monde.

« Nous devons tirer parti de cette trêve contre la faim pour rediriger nos efforts et nous concentrer sur l'apport d'une aide nécessaire à la survie tout en enseignant aux Somaliens à lutter face à une sécheresse future - ce qui réduira leur dépendance à l'aide, » dit Bowden. « Le pays ne pourra se remettre qu'après le mois d'août si les pluies sont abondantes et si d'autres facteurs externes, tels que des conflits, n'entravent pas les progrès actuels. »

En décembre dernier, les Nations Unies ont fait appel aux organismes et États du monde pour obtenir 1,5 milliard de dollars US  nécessaires à la survie de millions de Somaliens en 2012, en considération des principes de préparation aux catastrophes et de relèvement rapide intégrés au programme dans le but de réduire la durée de la période d'urgence.

Le PNUD poursuit ses efforts de création d'activités rémunératrices d'urgence et de reconstruction d'infrastructure par le biais son programme Argent contre travail. Nous nous concentrerons également sur la protection des groupes vulnérables, notamment les femmes, en particulier dans la capitale du pays, Mogadishu.

UNDP Around the world

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe