Pakistan : le PNUD intensifie son aide face aux nouvelles inondations

19 sept. 2011

image Mukhtaree Bibi cuisine pour ses enfants sous une tente."Les catastrophes ne font pas la distinction entre hindous ou musulmans", dit-elle. "Nous avons été frappé ensembles, nous ferons face ensembles". (Photo: Hira Hashmey/UNDP Pakistan)

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a annoncé des plans visant à accroître l’aide dispensée aux 5,4 millions de Pakistanais qui sont aux prises avec de vastes inondations pour la deuxième année consécutive.

De fortes pluies de mousson dans les provinces du Sind et du Balouchistan, dans le sud du Pakistan, ont jusqu’ici détruit un million de foyers et 72 pour cent des cultures. Dans certaines parties de la région, les eaux des inondations de l’année dernière ne se sont toujours pas écoulées.

L’action du PNUD, qui fait partie du plan d’intervention humanitaire de l’ONU lancé ce dimanche, d’un montant de 357 millions de dollars, vise à reconstituer les moyens de subsistance de ceux qui se trouvent dans les villages les plus touchés. Elle inclut  15 millions de dollars couvrant de nouveaux projets mis en œuvre à la suite d’une évaluation urgente achevée la semaine dernière.

Selon cette évaluation, on prévoit que durant les 3 à 24 mois prochains le chômage augmentera parmi les personnes touchées ; des villages dans les cinq districts les plus affectés ont demandé à trouver d’autres moyens de subsistance jusqu’aux prochaines récoltes.

En réponse à cette demande, le PNUD va lancer de nouveaux projets Argent contre travail qui permettront de créer des emplois dans les villages pour participer à la remise en état des services et équipements publics, et de fournir des dons à des exploitants locaux pour lancer de petites entreprises. Les projets prévoient également des centres d’hébergement et la mise en œuvre de plans de réduction des risques de catastrophe.

Depuis août 2010, plus de 170 000 personnes ont participé aux initiatives Argent contre travail du PNUD qui visent à reconstruire des infrastructures communautaires essentielles à la suite des inondations de l’année dernière qui ont frappé plus de 18 millions de personnes.

« Un an après les plus grandes inondations de récente mémoire, le peuple pakistanais se trouve encore une fois dans une situation désespérée. Nous ne pouvons pas l’abandonner », a déclaré Valerie Amos, Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence lors du lancement du plan de l’ONU.