La lutte contre le VIH et le sida progresse au San Salvador

27 juil. 2011

Avec sa forte population et un système de soins de santé qui se remet d’une longue guerre civile, El Salvador reçoit une aide essentielle du PNUD et du Fonds mondial pour traiter des milliers de personnes vivant avec le VIH et prévenir la propagation du virus dans ce pays d’Amérique centrale.

C’est en 2003 que le PNUD a commencé à mettre en œuvre le don du Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme en El Salvador. Le PNUD et le Ministère salvadorien de la santé publique et du bien-être social gèrent conjointement trois dons du Fonds mondial, d’un total d’un peu moins de 38 millions de dollars.

Grâce à ce partenariat, environ 6 300 personnes reçoivent une thérapie antirétrovirale, un traitement essentiel contre le VIH ; en même temps, 3 700 nouveaux cas de tuberculose ont été dépistés et traités.

“Nous avons réussi à intégrer le soutien du PNUD dans le renforcement de nos capacités institutionnelles nationales, ce qui assurera la durabilité de cette opération”, a déclaré Richard Barathe, le Représentant résident adjoint du PNUD. “Nous voulons poursuivre cet effort … car c’est de cette façon qu’en fin de compte, nous aurons la garantie que les institutions nationales continueront dans cette voie.”

Capacités nationales

La population d’El Salvador, qui compte 6,8 millions d’habitants, occupe aussi la deuxième place pour ce qui est du nombre de séropositifs en Amérique centrale. Cependant, avec moins de 1 % de la population adulte vivant avec ce virus, El Salvador est un pays à faible incidence de VIH, l’épidémie touchant surtout les personnes ayant un comportement à risque, comme les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes ou les personnes travaillant dans l’industrie du sexe.

Comme les jeunes constituent également un groupe à risque, le programme national de lutte contre le VIH et le sida consacre la majeure partie de son financement à l’éducation de ce groupe. 

“Au cours de deux dernières années, sept pour cent des nouveaux cas de VIH concernaient des adolescents. Ceci est cause de préoccupation pour notre pays”, a déclaré Ana Isabel Nieto, la Directrice du Programme national de lutte contre le VIH, au Ministère de la santé publique.

“Le PNUD nous aide à veiller à ce que toute la population ait accès à l’information et aux soins”, a-t-elle ajouté. “C’est une réalisation tout à fait réussie  – et je pense qu’El Salvador peut se féliciter d’être un pays qui met les soins et l’information à la disposition de sa population.”

Selon Celina de Miranda, Coordonnatrice du PNUD en El Salvador pour les projets de lutte contre le VIH et la tuberculose, “tous ensemble, nous formons un groupe qui recherche un objectif commun, qui est de veiller à ce que les fonds atteignent les populations ciblées, comme prévu.”

Le Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est la plus grande filière d’acheminement d’aide financière pour lutter contre ces trois maladies, qui touchent les pays les moins développés de manière disproportionnée.

À la fin de 2009, en qualité de principal agent d’exécution et principal bénéficiaire du Fonds mondial, le PNUD a apporté, dans le monde entier, des services de prévention à 28 millions de personnes, distribué 356 millions de préservatifs, dispensé un dépistage et des conseils en matière de VIH à 4,8 millions de personnes, et apporté un traitement antirétroviral constant à 213 000 personnes.

Il a également aidé à traiter 878 000 cas d’infections sexuellement transmissibles, fourni des services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant à 36 000 femmes ; il a dépisté et traité 700 000 cas de tuberculose, traité 26 millions de cas de paludisme et distribué 11 millions de moustiquaires.