PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Le PNUD soutient les élections nigériennes

28 janv. 2011

Niamey –  Le Niger s'est rendu aux urnes le 31 janvier pour choisir un nouveau president, ainsi qu’un nouveau parlement, complétant un processus de transition vers un régime civil initié en février 2010.

“Ces élections symbolisent le retour à un système de gouvernance capable de prendre en charge ces problèmes de développement,” selon Khardiata Lo N’Diaye, Représentant résident au Niger. Ces priorités comptent stabilité politique, sécurité alimentaire et éducation des femmes.

L’année dernière, le gouvernement du Niger, soutenu par l'ONU, a lancé une intervention humanitaire de grande ampleur qui a réussi à éviter les pires effets de la crise alimentaire et nutritionnelle qui menaçait la vie de plus de sept millions de personnes.

Le PNUD a mobilisé 40 millions de dollars au sein de la communauté des bailleurs de fonds, gérant un panier commun qui a aidé à organiser six scrutins : un référendum sur la constitution, ainsi que des élections régionales, municipales, parlementaires et une élection présidentielle à deux tours.

“L’organisation d’un nombre aussi important de scrutins constitue un défi considérable, compte tenu des délais courts et du contexte qui a frappé le pays avec la crise alimentaire et la  suspension de nombreuses aides au développement du fait de la situation politique,” précise Lo N’Diaye.

En outre, le PNUD a travaillé avec deux organisations non gouvernementales américaines afin de promouvoir l'éducation civique et d'encourager la participation des groupes les plus vulnérables, y compris les femmes, les communautés nomades et les personnes handicapées.

L’une des priorités du nouveau gouvernement civil sera de mettre au point un plan pour s'attaquer de manière décisive à la faim, identifiant les goulets d'étranglement et solutions pratiques pour mettre fin à l’insécurité alimentaire au Niger.