Biodiversité: adoption d’un protocole historique à Nagoya

3 nov. 2010


(Photo: Anica Radeska/PNUD)

Le Programme des Nations Unies pour le développement salue l’adoption d’un accord international qui vise à réduire de moitié, d’ici 2020, la perte catastrophique d’espèces et d’écosystèmes et à établir des règles de base pour le partage et l’accès aux ressources génétiques mondiales.

L’accord intervient au moment où se conclut la 10e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique qui s’est tenue à Nagoya (Japon), où les ministres de l’Environnement de près de 200 pays se sont retrouvés afin de discuter de nouvelles stratégies pour lutter contre la perte de biodiversité.

Cela fait près de vingt ans que les gouvernements débattent de ces questions, et ils ont enfin convenu d’un ensemble de cibles, surnommées les cibles Aichi, qui, si elles sont suivies, feraient passer la surface des réserves naturelles de 10 à 17 pour cent. L’étendue des zones marines protégées, quant à elle, passerait à 10 pour cent au lieu d’un pour cent actuellement.

La conférence n’a pas précisé quel mécanisme financier les gouvernements entendaient utiliser pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés, ce qui amoindrit l’effet des avancées globales.

Une gestion durable de la biodiversité et des services que rendent les écosystèmes est essentielle pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et lutter contre la pauvreté.

Le PNUD s’est engagé à porter à plus grande échelle ses activités dans ce domaine pour contribuer à atteindre les cibles Aichi et aider les pays à améliorer la gestion de leurs écosystèmes.

Des milliards d’individus dépendent des écosystèmes naturels pour leurs besoins en eau, ainsi que pour leur alimentation, leurs remèdes et autres produits essentiels.

D’après un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature, la disparition des espèces a atteint aujourd’hui un niveau qu’on n’avait pas connu depuis 65 millions d’années.

Le PNUD s’attache à renforcer les institutions qui contrôlent l’environnement, à créer des incitations commerciales pour protéger la biodiversité, et à aider les pays qui s’efforcent de trouver et d’accéder à des fonds, de les combiner et les enchaîner pour des programmes contre la perte de biodiversité.

Quelque quatre millions de kilomètres carrés de la surface terrestre sont désormais mieux gérés grâce aux activités du PNUD, financées par le Fonds pour l’environnement mondial et d’autres donateurs.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe