PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Renforcement de l’éducation dans les langues autochtones au Bangladesh

26 avr. 2010

L'enseignant utilise le matériel scolaire dans plusieurs langues autochtones afin d'éduquer les enfants dans l'une des régions les plus diversifiées du pays. (Photo: Salman Saeed / PNUD)

Il est 8h30 dans le village de Matiranga, situé au Bangladesh dans la région des Collines de Chittagong; la journée scolaire est sur le point de commencer. Cette région est l’une des plus diverses du pays, comptant environ 1,5 million d’habitants et de nombreuses communautés autochtones distinctes.

Depuis 2003, le PNUD s’emploie à aider la population de la région des Collines de Chittagong à répondre à ses besoins immédiats de développement et à créer des possibilités à long terme.  Ces efforts comportent la création d’un programme d’éducation qui vise à renforcer l’enseignement primaire et secondaire au sein de la région.

En décembre 2009, avec le soutien financier de l’Union européenne, ce programme est entré dans une nouvelle phase qui s’attache à faire en sorte que l’éducation soit pertinente pour les jeunes et que ceux-ci y aient accès. Cette initiative a permis d’introduire un enseignement multilingue dans 150 établissements scolaires de la région.

« Les enfants qui appartiennent à ces communautés ethniques se heurtent à un obstacle linguistique et donc, pour surmonter cet obstacle, le PNUD a introduit un enseignement multilingue dans la langue maternelle dans le cadre duquel les enfants apprennent leur langue dans l’enseignement préscolaire », dit Prashanta Tripura, chef des prestations de service du PNUD au Bangladesh.

L’enseignement multilingue permet aux enseignants d’introduire progressivement la langue officielle du pays, le bengali, ce qui permet aux élèves, à la fin de leurs études primaires, de passer entièrement au cursus national où le bengali est la principale langue d’enseignement.

Cette approche donne des résultats tangibles dans une région où depuis des années, les taux de scolarisation étaient bas et les taux d’abandon scolaire élevés. Le changement est ressenti par tout le monde.
« À présent, les enfants apprennent mieux dans leur langue maternelle et cela les encourage à fréquenter l’école régulièrement, dit Sujita Tripura, enseignante multilingue à Matiranga. La communauté a accepté le nouveau système d’éducation et les enfants adorent notre façon d’enseigner. »

L’enseignement multilingue encourage les jeunes enfants à fréquenter l’école, à y rester et à poursuivre leurs études.

Maintenir les langues en vie

Dans le monde entier, les peuples autochtones contribuent à la diversité culturelle de l’humanité, à laquelle ils apportent plus des deux tiers des langues pratiquées et une somme extraordinaire de connaissances traditionnelles. Les programmes tels que celui de la région des Collines de Chittagong aident à maintenir les langues et les traditions en vie.  Sur les quelque 7 000 langues parlées aujourd’hui, on estime que plus de 4 000 le sont par les peuples autochtones. Selon les prévisions des linguistes, d’ici la fin du siècle, on peut s’attendre à ce que jusqu’à 90 % des langues du monde disparaissent ou soient menacés d’extinction.