Déforestation au Cambodge: une préoccupation écologique majeure

15 avr. 2010

Une autre saison de récolte du maïs bat son plein à Pailin, région du nord-ouest du Cambodge, et les paysans s’affairent à ramasser et à emballer la production à l’attention des acheteurs.

Zone de combats à l’époque des Khmers rouges, Pailin est aujourd’hui un important centre agricole où les exploitations de maïs, de haricots et de manioc constituent la principale source d’existence de nombreux habitants comme Nuon Thol. « Cette plantation me permet d’assurer le revenu nécessaire pour subvenir aux besoins de ma famille et à l’éducation de mes quatre enfants », dit-il.

Plus de 80% de la population du Cambodge vit dans la campagne et dépend de l’agriculture de subsistance. La dégradation des sols et la déforestation, conséquences de l’exploitation intense des terres, constituent à présent une préoccupation écologique majeure. « L’accroissement démographique est la principale raison de la perte de forêts”, affirme le Gouverneur adjoint Leng Vuth. « On compte actuellement 70.000 habitants comparés à 10.000 auparavant, soit sept fois plus qu’il y a 10 ans ».

Autrefois, l’économie de Pailin tournait autour de l’exploitation de gemmes. A présent, l’agriculture a pris le relais, et 40.000 hectares environ de la surface forestière de Pailin ont été dégagés et brûlés pour faire place aux cultures de maïs, de haricot et de manioc.

Le PNUD, en collaboration avec le ministère de l’agriculture, étudie l’impact croissant de l’exploitation agricole sur l’environnement en s’efforçant d’identifier les facteurs aggravants de la dégradation des terres. Ce programme de gestion des terres permettra de familiariser les paysans aux techniques agricoles adaptées qui garantissent l’utilisation durable des sols.

Mais la déforestation n’est qu’un aspect du problème. Il y a aussi le besoin pressant de revoir l’ensemble des techniques agricoles utilisées ; par exemple, pour stimuler les rendements, les paysans utilisent des herbicides comme moyen de lutter contre mauvaises herbes, mais ces mêmes produits chimiques qui permettent d’économiser sur la main d’œuvre, ont à long terme un effet néfaste sur la qualité des sols.

De surcroît, la plupart des exploitations agricoles de la région se situent sur des terrains vallonnés que les paysans ont creusés de haut en bas plutôt que le long des pentes. Les experts agricoles affirment que cette technique contribue à accélérer l’érosion de la terre végétale pendant la saison pluvieuse. L’érosion en amont est un facteur important dans l’accumulation du limon et de la pollution en aval dans les régions situées à proximité du Lac Tonle Sap, le plus grand réservoir d’eau douce en Asie du Sud-Est.

« Les habitants de Pailin seront les premiers touchés par les conséquences [des techniques d’exploitation agricole non viables] avant les autres régions autour du Lac Tonle Sap », a estimé Tan Boun Suy, consultant de projet au PNUD qui est originaire du pays. «Mais l’érosion des sols provoquée par la destruction des forêts ici rendra le lac moins profond. La biodiversité en souffrira également, et cela risque de poser un problème majeur pour l’avenir du pays ».

« Nous faisons de notre mieux pour protéger la forêt située sur la chaîne des Montagnes bleues, car si elle disparaissait Pailin deviendrait pratiquement un désert », affirme par sa part Leng Vuth. Sa mise en garde résonne dans tout le Cambodge : la protection des forêts signifie la préservation de l’écosystème dont dépendent les populations pauvres du pays.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe