Moldova : les femmes, exemples de réussite

Ludmila Abramciuc is the first woman in Moldova managing a briquetting business. Photo: Guram Sakvarelidze/UNDP
Ludmila Abramciuc est la première femme a avoir créé une entreprise en Moldova. ©PNUD/Mihai Maciuca

Ludmila Abramciuc est la première femme chef d’une entreprise d’énergie verte en Moldova. À Balti, sa ville natale, elle dirige une affaire fructueuse de briquettes biocombustibles – « Ecobricheta » - qui s’est considérablement développée récemment grâce au soutien d’un programme financé par l’Union européenne, mis en œuvre et cofinancé par le PNUD. Grâce à l’aide fournie par l’Energy and Biomass Project (Projet pour l’énergie et la biomasse) et l’Energy Efficiency Agency (Agence d’efficience énergétique), l’entreprise de Ludmila a triplé sa production.

À retenir

  • Environ 7 000 personnes, dont 80% des femmes, sont employées par les institutions publiques rurales en Moldova.
  • 100 villages ont introduit le système de chauffage à la biomasse.
  • Tous bénéficient de meilleures conditions de travail et d’un meilleur confort thermique grâce au chauffage à la biomasse.

Le mécanisme de crédit proposé par le Programme pour l’acquisition d’un système très performant de production de briquettes a permis à « Ecobricheta » de faire passer sa production mensuelle de 90 tonnes de briquettes à plus de 300 tonnes, et de chauffer ainsi cinq écoles et crèches pendant l’hiver. 

En 2008, forte de son expérience dans l’industrie du recyclage, Ludmila décide de mettre ses compétences professionnelles au service de l’énergie renouvelable, et crée sa propre entreprise.

« Rien ne doit être jeté, tout doit être recyclé, » affirme Ludmila.

Elle admet cependant que la création d’« Ecobrichetta » , qui utilise des sous-produits des industries céréalière et forestière pour fabriquer les briquettes biocombustibles, n’a pas été de tout repos. En effet, sa décision de créer une entreprise dans un secteur historiquement dominé par les hommes, n’a pas été facile.

« Au début, mes partenaires commerciaux et même mes employés me considéraient avec méfiance, » se souvient-elle. « Ils doutaient sans doute de mes capacités à réussir dans le domaine de l’énergie, où l’on rencontre surtout des hommes. Malgré tout, leurs doutes se sont évanouis dès qu’ils ont compris qu’ils avaient affaire à une professionnelle. »

La compagnie a rapidement fait preuve de son efficacité et de sa durabilité sur le marché énergétique en Moldova. Ce Projet pour l’énergie et la biomasse espère aider d’autres entrepreneurs comme Ludmila, en contribuant non seulement à la réalisation des cibles nationales, fixées par les autorités moldaves pour réduire la dépendance énergétique du pays, mais aussi à une participation économique et civique des femmes aussi étendue que possible.

Victoria Ignat, chargé des questions de parité et spécialiste de la formation pour le projet, explique : « Ce projet montre que les femmes jouent un rôle important dans la prise de décision pour la mise en œuvre des projets de chauffage à biomasse. »

Les données du projet indiquent qu’environ 7 000 personnes, parmi lesquelles on peut compter 80 % de femmes employées comme gestionnaires, enseignantes ou fonctionnaires, bénéficient de meilleures conditions de travail, d’un meilleur confort thermique dans les institutions publiques rurales partout en Moldova.

À Balti, les efforts de Ludmila ne sont pas passés inaperçus. Elle a récemment été honorée à l’occasion du gala « Moldova Eco-Energetica », organisé par le ministère de l’Économie et l’Agence de l’efficacité énergétique avec le soutien de l’Energy and Biomass Project.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels