Timor : les jeunes au service de l’emploi et de l’environnement

Des étudiants timorais collectent des bouteilles en plastiques des rues de la capitale, Dili.
Des étudiants timorais collectent des bouteilles en plastiques des rues de la capitale, Dili. Photo: Felomena Marques De Olivera/ PNUD Timor- leste

Malgré sa petite superficie, le Timor oriental a un énorme problème de déchets. L’eau n’est pas potable et de ce fait, des bouteilles en plastique sont jetées un peu partout dans la nature, causant de graves dommages environnementaux et sanitaires. Le problème est particulièrement sensible dans la capitale de Dili, l’épicentre des activités touristiques du pays.

Making Timor-Leste Beautiful est le fruit d’une réflexion menée entre le PNUD et le Centre de leadership Hopeseller, une ONG créée et entièrement gérée par un groupe d’étudiants timorais.

A retenir

  • Plus de 60 % des jeunes timorais sont sans emploi
  • Un projet financé par la république de Corée et soutenu par le PNUD contribue à créer des emplois et à sensibiliser l’opinion sur les questions environnementales
  • Plus de 3 millions de bouteilles en plastique ont été collectées pour le recyclage moins de 6 mois après le début des opérations

« Nous avons deux principaux objectifs : nettoyer l’environnement et promouvoir la croissance inclusive en faisant participer les jeunes et les citoyens, » dit Pedro Redenio Adersio Canisio Ferreira, 28 ans et gestionnaire de projet de Hopeseller.

Avec le soutien du Projet d’entreprise sociale du PNUD et le financement du gouvernement sud-coréen, cette équipe a proposé un projet d’entreprise visant à acheter les bouteilles usées, à les nettoyer et les découper pour ensuite les revendre aux importateurs étrangers de déchets recyclables. La collecte est rémunérée d’ 1 $ pour 100 petites bouteilles ou 70 grandes bouteilles ramenées au dépôt principal chaque semaine.

Le projet vise à sensibiliser 80% de la population à la protection de l’environnement et à rassembler 6 millions de bouteilles en plastique d'ici juin 2015.

« Nous voulons opérer un changement à long terme pour modifier les comportements et sensibiliser les gens à la cause environnementale, » dit Ferreira.

Making Timor-Leste Beautiful  souligne aussi le rôle des jeunes dans les aspirations et le développement de leur pays. À peu près 1,2 millions de timorais sont âgés de moins de 25 ans eton estime que 61,5 % de cette population ne bénéficie pas d’emploi ou de source de revenus stables.

En favorisant l’investissement des jeunes, Hopeseller permet de créer des opportunités professionnelles. Plus de vingt jeunes sont désormais employés pour le nettoyage et la découpe des bouteilles. Les bénéfices sont réinvestis dans l’entreprise afin qu’elle puisse se développer en dehors de la région de Dili.

« L’intérêt que les entreprises de recyclage prêtent à ce projet nous confirme son potentiel, » dit Knut Ostby, Coordonnateur résident de l’ONU et Représentant résident du PNUD. « Il est possible de l’étendre au reste du pays et de créer de nombreuses autres entreprises comme celle-ci. »

La première collecte lancée en décembre 2013 par Making Timor-Leste Beautiful a permis de rassembler 17 560 bouteilles. En février, Hotel Timor, l’un des plus anciens hôtels du pays, a signé un accord avec Hopeseller pour que l’entreprise traite le recyclage de ses bouteilles. Un même partenariat a été mis en place avec le Ministère de l’administration nationale et l’équipe de pays des Nations Unies. Un homme d’affaire local associé à l’industrie du recyclage a également exprimé le souhait de travailler avec l’équipe afin de développer cet aspect du projet.

Hopeseller a déjà dépassé son objectif initial en collectant plus de 3 millions de bouteilles en moins de 6 mois. Avec le soutien du PNUD, ces jeunes timorais espèrent atteindre 6 millions d’ici la fin du projet.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés, de la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables.

Voir tous les rapports annuels