La Roumanie incube les entreprises et appuie l’entrepreneuriat


Ioana Ghila, de l'incubateur d'entreprises de Mures, crée des bijoux artisanaux. © PNUD Roumanie.

En 2006, Csaba Kiss songeait à se lancer dans la production de cartonnages au sein d’un nouvel incubateur d’entreprises à Sfantu Gheorghe, en Roumanie.

Les incubateurs d’entreprises, qui hébergent des start-ups et des firmes qui en sont à leurs tout débuts, fournissent des bureaux, des subventions de départ et des services de conseil. 

A retenir

  • En 2002, les PME employaient environ la moitié de la main d’œuvre dans les secteurs tertiaire et industriel. En 2008, cette proportion était passée à deux tiers.
  • À la fin du premier trimestre 2012, le réseau comprenait 10 incubateurs. La plupart se trouvaient dans des comtés désavantagés dans le centre et le nord-est de la Roumanie.
  • Les incubateurs ont créé 450 emplois, dont 47 pour cent sont occupés par des femmes.
  • Le programme a démarré en 2006 avec un budget de 800 000 dollars, financé par les gouvernements de Roumanie et du Japon, le PNUD et certaines municipalités. En 2010, le financement annuel est passé à deux millions de dollars.

A l’époque, le gouvernement voyait en eux de bons outils pour stimuler les nouveaux investissements et encourager l’entrepreneuriat. Mais en 2006, ces incubateurs étaient peu connus et considérés par beaucoup à haut risque.

En dépit de ses hésitations, Csaba a sauté le pas. Il a intégré l’incubateur pour créer Tribox, sa boîte de fabrication d’emballages, avec deux employés et 10 000 dollars de capital. Il a passé trois ans dans cette infrastructure, où il a reçu une subvention de 7 000 dollars, un loyer subsidié, un accès gratuit à des conseils pour développer sa boîte et la possibilité de collaborer avec 19 autres start-ups.

En 2009, Tribox est devenue autonome et a quitté l’incubateur. La compagnie employait alors 11 personnes et ses recettes annuelles se montaient à la robuste somme de 732 000 dollars, en dépit de la crise financière de 2008 qui avait provoqué la faillite d’un grand nombre d’entreprises.

« Je ne refusais aucune commande, si importante ou atypique fussent-elles », dit Csaba, en ajoutant qu’il a même un contrat avec BMW, le fabricant d’automobiles allemand, qui a une usine non loin et à qui il fournit des boîtes pour les pièces de rechange.

Coordination du programme

Tribox est l’une des 200 entreprises qui ont reçu une aide d’un réseau d’incubateurs créés entre 2006 et 2012 avec l’appui du PNUD, l’Agence nationale roumaine pour les petites et moyennes entreprises (PME) et certaines municipalités.

Ces dernières procuraient le terrain et souvent les locaux dont avaient besoin les incubateurs et le PNUD s’occupait de la coordination du programme : il engageait des administrateurs pour chaque incubateur, supervisait le recrutement des compagnies, offrait des formations, faisait rapport sur les résultats et aidait les administrateurs pour la gestion financière et opérationnelle.

Chaque incubateur héberge de 16 à 24 entreprises pour une période de trois ans, et celles-ci sont censées voler de leurs propres ailes après ce cycle triennal. En 2009, le taux de survie parmi les petites et moyennes entreprises était de 82 pour cent dans les incubateurs de Brasov, Sfantu Gheorghe et Alba lulia.
Les 56 start-ups hébergées par les incubateurs à l’époque ont toutes complété leur cycle triennal, à l’exception d’une seule, en dépit d’un sévère ralentissement économique. Les trois incubateurs d’entreprises ont augmenté de taille au cours des trois premières années et les firmes qu’ils accueillaient ont multiplié leurs revenus par six.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur