Bangladesh: D'un repas par jour à trois

Asea Begum à Mymensingh, au nord du Bangladesh.

Il n’y a pas si longtemps Asea Begum, 35 ans, et sa famille ne mangeaient qu’un seul repas par jour, du riz et quelques morceaux de chili. Ses enfants avaient toujours faim. Son mari, conducteur d’un rickshaw à vélo, était toujours épuisé.

Mais pour Asea, les choses ont changé le jour où elle a reçu un prêt de 6 000 Taka Bangladeshi (environ 85 dollars US) de son Comité de Développement Communautaire. Sa maison d’une pièce fait maintenant aussi fonction d'épicerie, ses armoires remplies de bocaux de céréales, d’épices et de biscuits. Une petite fille entre en courant avec une petite bouteille en plastique, Begum la remplit avec de l’huile de cuisson en échange de quelques pièces de monnaie.

A retenir

  • Le Projet de Partenariat Urbain pour la Réduction de la Pauvreté a permis d'améliorer les conditions de vie de plus de 2,3 millions de personnes.
  • Près de 14 000 filles reçoivent des bourses d'études et plus de 250 000 personnes ont bénéficié d'activités de développement social.
  • Plus de 90% des postes des comités de développement communautaire sont occupés par des femmes.

Après avoir remboursé son premier prêt, Begum a emprunté à nouveau pour acheter des chèvres qu’elle élève en face de sa maison. Elle a maintenant un revenu net d'environ 15 USD par mois et est devenue membre du Comité de Développement Communautaire local.

Ces comités, composés des femmes comme Begum, sont au cœur du projet de Partenariat Urbain pour la Réduction de la Pauvreté d’un montant de 120 millions de dollars, appuyé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Les comités proposent à leurs membres des activités génératrices de revenus et des formations professionnelles respectueuses de l’environnement. La priorité est donnée aux besoins communautaires et à l'amélioration de l'accès aux services essentiels tels que les soins médicaux ou l’assistance judiciaire. 

« Nous mobilisons les membres de la communauté, en les intégrant dans les organisations communautaires, ça les aide à être mieux équipés pour faire face à leurs besoins », dit Richard Geier, dirigeant du programme. «Avant, ils étaient isolés, maintenant ils savent qu’ils peuvent chercher de l’aide. »

En 2010 seulement, le projet a facilité la création de 6 000 comités de développement communautaire regroupant plus de 125 000 membres actifs dans le développement de leur communauté. Plus de 1 700 contrats communautaires ont été approuvés pour le bénéfice de plus de 1 000 comités.

Basée sur l’expérience du PNUD dans de tels projets au Bangladesh, l’initiative, la plus importante dans le pays, est mise en place par différents partenaires gouvernementaux et non-gouvernementaux et par des agences de l’ONU. L’équipe du programme est composée de 100 fonctionnaires gouvernementaux et de 400 employés du PNUD, la plupart Bangladeshi. L’initiative a démarré en 2008 et se poursuivra jusqu'en 2015.

Le projet soutient activement le développement de politiques favorables aux plus démunis et leur mise en place tant au niveau national que local par le partage de connaissances.

« Les initiatives de réduction de la pauvreté sont  plus efficace quand elles ciblent les femmes, » explique Geier. « Elles sont le plus affectées par la pauvreté, souvent sans emploi et avec charge de famille. »

Par la vente de produits d’épicerie et l’élevage de chèvres, Begum a réussi à remplacer les parois en bambou de sa maison par des matériaux plus robustes. Aujourd’hui, sa famille mange trois fois par jour, souvent des légumes ou du poisson. Et elle sait qu’elle peut compter sur le support des autres femmes de son comité de développement communautaire.

Le projet en bref

Durée: 2008-2015

 

Budget: 120 millions USD

 

Donateur principal: Ministère du développement international du Royaume-Uni

 

Description du projet
Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés, de la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables.

Voir tous les rapports annuels