Madagascar : Vers l'autosuffisance

Un homme vérifie ses comptes, Anja Miray, Madagascar
L'écotourisme a apporté des revenus substantiels à la petite communauté d' Anja Miray, à Madagascar.

Une organisation de la société civile malgache, Association Anja Miray, exploite une réserve forestière communautaire, en faisant de l'écotourisme pour créer des emplois et financer des infrastructures sociales de base telles que des écoles, des dispensaires et des centres d'éducation environnementale.

« Avant notre initiative, ce vaste territoire était défriché chaque année pour la culture de maïs. La population locale chassait le maki pour enrichir son alimentation en protéines. Cela a complètement détruit notre environnement », explique Victor Rahaovalahy, président-fondateur de l'association.

A retenir

  • L'association a été créée pour sensibiliser les communautés locales aux intérêts économiques que présente la protection de l'environnement.
  • 450 emplois ont été créés et 1600 personnes ont pu en bénéficier sur une population totale de 2500.
  • En 2011, Anja Miray a reçu 12.000 visiteurs qui ont généré 45.000 dollars US (plus de 35.000 euros).
  • L'initiative a été sélectionnée parmi 800 autres candidats et récompensée par le Prix équateur 2012.

Aujourd'hui, la renommée de la forêt attire des touristes du monde entier. En 2011, Anja Miray a reçu 12 000 visiteurs et généré 45 000 dollars pour l'association. « Avec les revenus tirés de l'écotourisme et de la vente d'articles faits à la main, nous avons pu construire deux écoles pour nos enfants et payer le salaire des enseignants », ajoute Victor.

L'écotourisme a également généré des revenus substantiels pour les méthodes agricoles alternatives et permis de nouveaux investissements dans l'agriculture, la pêche et les pépinières, contribuant ainsi à l'autosuffisance alimentaire de la communauté.

L'association a été créée en 2001 avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Programme de microfinancements du FEM dans le but de sensibiliser les communautés à l'intérêt économique de protéger leur environnement. Onze ans plus tard, l'association Anja Miray a mis à profit son expérience et a été choisie, sur 800 candidats, parmi les lauréats du Prix Equateur 2012.

Le Prix Equateur, un partenariat dirigé par le PNUD, réunissant gouvernements, société civile, entreprises et organisations communautaires, vise à attirer l'attention sur les efforts d'acteurs locaux pour réduire la pauvreté par le biais de la conservation et de l'exploitation durable de la biodiversité. Il est décerné tous les deux ans à 25 communautés à travers le monde. Chaque lauréat reçoit un prix de 5 000 dollars. Parmi eux, 10 sont sélectionnés pour une « récompense spéciale » et une somme de 20 000 dollars.

Le 20 juin, des représentants d'Anja Miray se sont rendus au Brésil pour recevoir leur prix dans le cadre du sommet Rio+20. Notre principal message à Rio+20 est de plaider en faveur de ces communautés isolées et vulnérables du Madagascar afin que nos dirigeants soutiennent notre action paysanne pour une gestion durable de notre unique source de subsistance : nos ressources naturelles », explique Victor.

Par Solange Nyamulisa

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités. 

Voir tous les rapports annuels