Un projet insolite apporte un vent de fraîcheur au Bhoutan

une femme mange une glace
Un agent de contrôle pour la Direction nationale de l'agriculture et de l'alimentation du Bhoutan déguste une glace lors du lancement de la première usine de fabrication de crème glacée du pays. ©Singay Dorji/PNUD Bhoutan

À Singyegang, les étés sont chauds et humides. À cette période de l’année, pour se rafraîchir, il n’y a rien de mieux qu’une glace ; un produit principalement importé d’Inde et jusqu’alors plutôt rare.

Un groupe d’agriculteurs issu de ce village de 450 personnes y a vu une occasion à saisir. Ils ont décidé de tirer profit du projet de biogaz soutenu par le PNUD et le Ministère de l’agriculture et des forêts et de lui donner un peu de fraîcheur en créant la toute première usine de crème glacée du Bhoutan.

 Sobrement nommée Bhutan Ice Cream, l’initiative a surpris les villageois qui n’avaient jamais envisagé la possibilité de produire nationalement de la glace. 

À retenir

  • Un groupe d’agriculteurs monte la première usine productrice de crème glacée au Bhoutan.
  • La nouvelle usine produit jusqu’à 4 500 pots de glace par jour.
  • Les agriculteurs-entrepreneurs bénéficient aujourd’hui d’un revenu 6 fois plus important.


Gauri Shanker, le président du groupe d’agriculteurs, se montre très satisfait des retombées économiques du projet.

« Avant, un litre de lait nous rapportait 30 BTN (0,50 dollars), » dit-il. « Aujourd’hui, on en tire 400 BTN (6,67 dollars). »

L’usine, en plus d’être un succès commercial, représente une véritable innovation culinaire pour le pays.

« Pour faire de la crème glacée, on devait mettre le lait au congélateur dans un petit bol en plastique. Maintenant, on fait tout avec la machine, » ajoute Shanker.

Ces délices sont en vente dans le commerce sous forme de cônes ou de pots, avec des étiquettes et emballages à l’image de la marque, dans 5 parfums différents : vanille, caramel, Kesar Pista, fraise et cocktail de fruits.

L’usine produit également du fromage blanc, des yaourts et du beurre. Le salaire des agriculteurs à l’origine  de l’initiative a été multiplié par six depuis le début des activités.

« Ils ont mis à profit le projet d’adaptation aux changements climatiques et les installations de biogaz, » dit Singay Dorji, Coordinateur national du PNUD pour le Programme de microfinancements du FEM. « En réduisant leur consommation de bois de chauffage, en promouvant l’esprit d’entreprise et en générant des revenus durables pour les communautés, ils ont montré la voie à suivre. »

L’équipe de manufacture peut produire jusqu’à 4 500 boîtes individuelles de crème glacée par jour. Elles ne sont pour l’instant disponibles qu’au Singyegang, mais les agriculteurs ont pour objectif d’élargir leur élevage de vaches laitières et de développer leur entreprise en créant d’autres emplois. Actuellement, 25 foyers fournissent quotidiennement le lait nécessaire. 

Le Programme de microfinancements du FEM a démarré en octobre 1998. En partenariat avec le PNUD, il soutient 19 projets dans le domaine de la conservation de la biodiversité, du changement climatique et de la dégradation des sols dans les 20 districts du pays.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés, de la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables.

Voir tous les rapports annuels