Côte d’Ivoire : L'accès à l'eau s’améliore dans les anciennes zones de conflit


L'accès à l'eau potable continue de poser un défi depuis la fin de la crise. © PNUD Côte d'Ivoire

Plus de 61 000 habitants de l'Ouest de la Côte d’Ivoire ont désormais accès à l'eau potable grâce à la rénovation ou à la réalisation de nouveaux points d'eau dans le cadre du processus de relèvement post-conflit.Plus de 61 000 habitants de l'Ouest de la Côte d’Ivoire ont désormais accès à l'eau potable grâce à la rénovation ou à la réalisation de nouveaux points d'eau dans le cadre du processus de relèvement post-conflit.

En une décennie de crise, le pays a connu des centaines de milliers de déplacés et la destruction d'une bonne partie de ses infrastructures et équipements, dont des écoles et des hôpitaux. Les centres de traitement des eaux se trouvaient dans un état de délabrement avancé et l'entretien des points d'eau était au point mort, faisant planer le risque de propagation de maladies.

A retenir

  • Plus de 61.000 personnes disposent maintenant d'un meilleur accès à l'eau grâce à la réhabilitation de pompes à eau et le traitement des eaux de 100 puits.
  • Des comités de gestion composés de 10 membres - dont la moitié sont des femmes - sont mis en place dans chaque village ciblé par le programme.
  • La réhabilitation de 45 autres pompes à eau a été initiée dans 39 villages du Gbêkê, la zone centrale du pays.

L'accès à l'eau potable continue de poser un défi depuis la fin de la crise, du fait que l'absence de sources d'énergie et de matériel de maintenance entrave la reconstruction des infrastructures hydrauliques.

Depuis janvier 2011, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a traité au chlore 100 puits de la ville de Duékoué, rénové 12 pompes à eau dans huit villages voisins, essentiellement peuplés de déplacés, et construit 10 puits supplémentaires dans 10 autres villages.

« L'accès à l'eau potable, c'est notre source de vie », explique Modeste Kohou, chef du village de Niambly, distant d'environ quatre kilomètres de Duékoué, où deux pompes hydrauliques ont été rénovées dans le cadre du Programme d'appui à la réduction de la pauvreté.

Pour garantir l'entretien des puits et des pompes à eau, des comités de gestion de 10 membres, composés à moitié de femmes, ont été mis en place dans les 18 villages ciblés par le programme. Le PNUD a formé les membres de ces comités à la gestion des points d'eau, à la purification de l'eau, à la prévention des maladies d'origine hydrique et aux techniques de javellisation des puits améliorés.

Pour 2012, le Programme d'appui à la réduction de la pauvreté a entamé la remise en état de 45 pompes à eau dans 39 villages de la région de Gbêkê (centre).

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels