Au Guatemala, les femmes produisent un café de caractère

Café con espíritu de mujer
Le café Teresa est né grâce au travail et au leadership de Sonia et de 68 autres femmes. ©Silvia Ma. Aragón/PNUD Guatemala.

Sonia Leticia Recinos Pérez est membre d’une association de petits producteurs de café dans la région du Huehuetenango, l’une des plus pauvres au Guatemala, avec un taux d’extrême pauvreté supérieur à 30%. L’association rassemble 140 membres, dont 49% sont des femmes. C’est grâce au travail et au leadership de Sonia et de 68 autres femmes que le café Teresa a pu voir le jour et voyager jusqu’aux foyers et restaurants nord-américains, où on le sert et le déguste.

Sonia décrit le café Teresa comme un « café d'excellente qualité, qui provient de parcelles devant répondre aux nombreuses exigences du traitement du café par voie humide, y compris une absence totale de pollution, et qui surtout, est produit à 100% par des femmes. » C’est la raison pour laquelle ces femmes ont d’ailleurs décidé d’adopter le slogan « toute la force de caractère des femmes dans un café. »

« Ici, le café fait partie de notre culture », explique Sonia. Depuis toute petite, son père, qui tenait ce savoir de son grand-père, lui a appris à planter, entretenir, nettoyer, récolter, torréfier, conditionner et vendre le café. « Dans le passé, cependant, raconte-t-elle, il n’y avait pas d’organisation collective, mais maintenant grâce à l’association des producteurs, j’ai accès à des services et processus d’évaluation tels que les certifications Mayacert et Rainforest Alliance, qui nous permettent, à moi et aux autres petites productrices, de répondre à la demande et d’exporter. »

À retenir

  • Le café est la deuxième marchandise commercialisée dans le monde après le pétrole et emploie 25 millions de personnes dans le monde en développement.
  • Plus de la moitié de la population guatémaltèque vit dans la pauvreté et près de 30% dans l'extrême pauvreté, les régions du Quiche et Huehuetenango étant les plus touchées.
  • L'initiative bénéficie d'un budget de 3 750 000 dollars, financé par le gouvernement italien pour une période de 5 ans.
  • 858 hectares de terres ont permit de produire 16 347 quintaux de café biologique conventionnel et certifié « or-vert ».

Le programme d’appui à la gouvernance démocratique et au développement territorial et économique local (PRODEL) du PNUD travaille avec le Secrétariat à la planification stratégique (SEGEPLAN) et le Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de l'Alimentation (MAGA) au renforcement des capacités afin de promouvoir la planification du développement territorial rural grâce à la mise en œuvre du système national de planification et la formulation de programmes de développement.

Le PNUD soutient 5 associations de petits producteurs de café réparties dans 9 municipalités du Huehuetenango et trois municipalités du Quiché, régions montagneuses du Guatemala. Plus de 1.222 membres bénéficient ainsi du projet, ainsi que leurs familles et communautés, soit plus de 372.000 individus au total. En tout, 858 hectares de terres ont permit de produire 16 347 quintaux de café biologique conventionnel et certifié « or-vert », exportés vers la Suisse, les États-Unis et l'Espagne.

Jésus Villatoro, coordonnateur du PRODEL, précise que le programme « vise à mettre à la disposition des petits producteurs l'assistance technique nécessaire ainsi que les canaux leur permettant d’accéder à de bonnes pratiques, du matériel, des crédits et des marchés, afin qu’ils aient des avantages concurrentiels et puissent assurer de meilleures prestations économiques, productives, sociales et environnementales. »

Le PRODEL a fourni des outils afin d’aider les membres venant de La Democracia, San Pedro Necta et La Libertad à faire face aux difficultés auxquelles ils sont confrontés dans la production du café. Le programme a organisé une formation en production, renforcement organisationnel et relations commerciales.

« Le programme s’inspire du modèle de développement local italien, dans lequel sont réalisés des pactes territoriaux qui augmentent les chances des petits producteurs de créer des liens commerciaux basés sur des économies d'échelle », déclare Julio Martínez, chargé de programme du PNUD.

AGEXPORT et l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA) ont participé à cette initiative en transférant des connaissances visant au renforcement commercial et au développement des agro-chaînes. Le Centre d’études de politique internationale de Rome (CeSPI) sert par ailleurs de pont entre l’Italie et le Guatemala afin de renforcer les méthodologies et les bonnes pratiques de développement économique et territorial rural.

L'inauguration du centre de traitement et de stockage du café marque une étape importante, car aucun espace répondant aux exigences de traitement permettant d’assurer la durabilité de la production ne leur était auparavant consacré. Le traitement qui s’effectue dans de meilleures conditions se traduit déjà par des revenus plus élevés, une meilleure organisation, une plus grande cohésion sociale et la possibilité d'étendre encore le réseau.

« L'agriculture est un art, explique Sonia. Les actions du programme, y compris le centre de collecte, renforcent nos capacités car elles nous aident à ouvrir nos municipalités au Guatemala et au monde de manière à ce que ceux-ci puissent découvrir toute la force de caractère des femmes à travers ce café », ajoute-t-elle.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités. 

Voir tous les rapports annuels