Bangladesh: Les femmes sortent de la pauvreté


L'épicerie de Baby Parveen lui rapporte maintenant plus de dix dollars par jour. Photo Nader Rahman/PNUD Bangladesh

Le jour de ses 18 ans, Mussamat Baby Parveen a épousé l’homme que ses parents avaient choisi pour elle. À 19 ans, enceinte, elle s’enfuit de chez son mari. Celui-ci est toxicomane et violent, et elle craint qu’il ne la tue, elle et son enfant.

Parveen retourne chez son père, mais il meurt trois mois après la naissance du bébé.

A retenir

  • Moins d’un tiers des habitants du Bangladesh vit sous le seuil de pauvreté national, un chiffre atteint en une décennie à peine.
  • Les femmes sont au cœur de cette réussite, qu’elles travaillent dans le secteur florissant du textile ou dans des micro-entreprises.
  • 91% des enfants des femmes qui ont participé au programme « argent contre travail » sont scolarisés, alors qu’ils n’étaient que 57% auparavant.

« J’ai mendié et emprunté de l’argent à tous ceux que je connaissais. Je suis arrivée à nourrir ma fille avec le peu que je trouvais », dit Parveen, maintenant âgée de 24 ans.  Les dettes s’accumulant, elle décide de mentir au sujet de ses compétences pour trouver un emploi mieux rémunéré dans une usine de textiles.

 « J’avais peur d’être licenciée. Je ne savais pas comment me servir des machines, mais je n’avais pas le choix, » dit-elle.

Un jour avant de commencer son nouveau de travail, Parveen gagne à un tirage au sort. Elle va pouvoir participer à un programme du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) « argent contre travail » destiné aux femmes démunies des zones rurales. Elle fait partie des 24 000 femmes sélectionnées pour réparer des routes dans les villages du Bangladesh. En échange de son travail, elle reçoit un salaire quotidien et une formation professionnelle.


« Ce jour-là, ma vie a changé », dit Parveen, assise dans la cabane en bord de route qui lui sert de magasin.  

Elle investit ce qu’elle gagne avec beaucoup d’intelligence. « Toutes les semaines je mettais de l’argent de côté. Et au bout de deux ans, j’ai eu de quoi acheter un lopin de terre que j’ai loué à des métayers. Puis j’ai réussi à acheter une vache et une chèvre que j’ai élevées puis revendues pour un  bon prix », explique-t-elle.

Deux ans plus tard, Parveen a eu assez d’argent pour ouvrir une épicerie dans son village. Elle y gagne maintenant plus de dix dollars par jour.

Un évaluation a démontré que 96 pour cent des femmes qui ont participé au programme « argent contre travail » ont utilisé une partie de leur salaire pour investir dans de petites entreprises. Deux tiers d’entre elles obtiennent des plus-values et 4 femmes sur 5 arrivent maintenant à nourrir quotidiennement leur famille.

Ce programme du PNUD au Bangladesh comptabilise 17,9 millions de journées de travail au total, avec pour résultat la réparation de  25 000 kilomètres de routes reliant les communautés locales à des services vitaux comme les écoles, les marchés ou les hôpitaux.

D’après le dernier Rapport sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, moins d’un tiers de la population du Bangladesh vit en-dessous du seuil de pauvreté à présent, un résultat obtenu par le pays en une décennie à peine.

De nouvelles études montrent que les femmes ont été la pièce maîtresse de cette impressionnante avancée en termes de développement humain. Lorsqu’elles arrivent à se sortir d’une pauvreté endémique, elles donnent la priorité absolue aux dépenses liées à l’éducation et à l’alimentation de leurs enfants.

 « La réduction de la pauvreté au Bangladesh est une réussite d’une ampleur extraordinaire. Personne n’y aurait cru il y a dix ans, affirme l’économiste Qazi Kholiquzzaman Ahmad. Les gouvernements qui se sont succédés ont consacré toute leur énergie à créer des emplois et de la croissance dans l’économie rurale. Et la participation des femmes à l’activité économique grâce aux opportunités créées par le gouvernement et par des organisations non gouvernementales représente l’un des éléments majeurs de cette réussite. »

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur