L'agriculture ouvre de nouvelles portes aux jeunes Jamaïcains

De jeunes ruraux en Jamaïque participent au projet pour l’emploi. (Photo: PNUD Jamaique)
De jeunes ruraux en Jamaïque participent au projet pour l’emploi. (Photo: PNUD Jamaique)

Dans quatre régions pauvres de la Jamaïque, quelque 650 jeunes sans emploi des deux sexes ont reçu une formation renforçant leurs compétences en matière de culture et de production alimentaire, afin d’améliorer leurs perspectives d'emploi dans l'exploitation agricole et l’agro-industrie locales.

Grâce à un programme de trois ans lancé en janvier 2010 par le Gouvernement et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ces jeunes ont appris comment traiter des jus de fruits et de légumes, des herbes et de la poudre de gingembre pour produire des fruits secs, des confitures, de l'oseille, de la viande et du miel.

A retenir

  • La Jamaïque a accompli d'importants progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).
  • Le pays a atteint l'objectif d'un enseignement primaire universel et est en bonne voie d’assurer un environnement durable et d'éradiquer la faim.
  • La combinaison des crises économiques et alimentaires des dernières années risque néanmoins de compromettre ces avancées : le pourcentage de la population jamaïcaine vivant dans la pauvreté avait chuté de 28,4 % en 1990 à 9,9 % en 2007, mais ces crises l’ont fait remonter à 12,3 % en 2008, 16,5 % en 2009 et 17,6 % en 2010.

« Ce projet leur a apporté non seulement des connaissances techniques et une formation, mais également des installations et un équipement auxquels il leur aurait été très difficile, voire impossible, d’avoir accès autrement », explique Machel Stewart, conseillère du Programme pauvreté du PNUD.

Le Projet pour l’emploi des jeunes ruraux comprend également des ateliers et des journées d'orientation professionnelle avec des exploitants agricoles et des professionnels de l’agro-industrie venus des différentes parties de ce pays, où près d'un tiers des jeunes de 15 à 29 ans sont au chômage.

« L'agriculture est bonne pour ma famille et pour le monde entier », dit une jeune lycéenne de 15 ans qui rêve d'avoir une ferme à Saint-Thomas, une des paroisses les moins développées de l'île, connaissant des niveaux élevés de chômage, de pauvreté et de grossesses précoces.

« Elle nous aide à moins dépenser car nous faisons pousser ce que nous mangeons », ajoute-t-elle.

Plus de 360 lycéens, dont 60 % de filles, ont participé aux journées d'orientation professionnelle sur l'agriculture. De plus, 114 jeunes leaders communautaires ont pris part à des ateliers sur le leadership, la constitution et la gestion d’équipes, l’organisation d'événements et de campagnes de financement, ainsi que la sécurité et la protection au niveau communautaire.

Le projet, un partenariat d'un million de dollars regroupant le Centre national pour le développement de la jeunesse, l'Agence de développement de l'agriculture rurale et des organisations nationales de jeunes, est mis en œuvre par le Conseil de la recherche scientifique de Jamaïque et financé par le PNUD et l'Agence pour le développement international des États-Unis.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités. 

Voir tous les rapports annuels