Le microfinancement aide les ménages en Cisjordanie et à Gaza à sortir de la pauvreté

Femme regardant sa ligne de lingerie
Inayat Nageeb dans sa boutique de lingerie, une entreprise qu'elle a pu démarrer grâce à une subvention du DEEP. Grâce à son activité, elle a doublé le revenu de sa famille. (Photo: PNUD PAP)

À Jérusalem-Est, lancer son entreprise alors qu’on est presque sans ressources relève de la gageure, surtout pour une femme.

Pour Inayat Nageeb, ménagère et mère de trois fils et de deux filles, la vie n’a jamais été facile. Son mari travaille comme garde dans une mosquée, avec un salaire mensuel d’environ 800 dollars, alors que le revenu moyen permettant à une famille de cette taille de vivre décemment à Jérusalem-Est est de 2 000 dollars. Inayat et son mari ont investi toutes leurs ressources dans les études de leurs cinq enfants.

À retenir

  • Le programme a créé 12 000 emplois permanents et aidé 66 000 familles à sortir de la pauvreté.
  • Le taux de succès des entreprises qui démarrent grâce aux microfinancements et procurent des revenus suffisants aux ménages est de 88%.
  • La valeur totale des prêts avancés par le programme à des institutions financières spécialisées dans la microfinance est de 6,25 millions de dollars.

Pourtant, Inayat a réussi. Elle gagne désormais décemment sa vie en gérant sa propre boutique de lingerie.

Inayat et sa famille sont les bénéficiaires d’un plan de microfinancement de
15 000 dollars fournis par le Programme de démarginalisation économique des familles défavorisées (DEEP). Ce projet du PNUD a été conçu pour sortir les ménages de la misère plutôt que de simplement atténuer les effets de la pauvreté.

« Je suis mariée depuis 26 ans et j’ai toujours été confinée à la maison. Il est temps que je me mette à vivre, dit Inayat. Les Palestiniennes sont comme les oliviers, elles sont profondément enracinées dans le sol. J’ai ouvert cette entreprise parce que je veux rester à Jérusalem. »

Elle peut maintenant réaliser un vieux rêve et reprendre des études, économiser pour payer les futurs frais scolaires de ses enfants et assurer une vie meilleure à sa famille.

En deux mois, les revenus du ménage ont doublé, grâce à Inayat. Les ventes augmentant, elle a agrandi son entreprise et les membres de sa famille bénéficient aussi de ce projet. Deux de ses enfants, un garçon et une fille, ont obtenu un diplôme de type universitaire et font carrière.

« Le projet m’a donné une somme suffisante pour démarrer, c’est à moi de réussir maintenant », déclare Inayat d’un air satisfait.

Tout comme 1 500 ménages à Jérusalem et 8 500 en Cisjordanie, sa famille a reçu un appui financier et technique suite à une évaluation des besoins et à des études de faisabilité du marché.

Le DEEP est un programme de réduction de la pauvreté doté de 121 millions de dollars, financé par la Banque islamique de développement et mis en œuvre par le PNUD en Cisjordanie et à Gaza.

À ce jour, il a créé 12 000 emplois permanents par le biais de subventions à des micro-entreprises et il a aidé 66 000 familles à passer de la pauvreté à l’indépendance économique. Son succès est tel que d’autres donateurs, comme les Gouvernements du Japon, de la Suède et de la Nouvelle-Zélande, ont décidé de s’associer au PNUD pour réduire la pauvreté dans les Territoires palestiniens occupés.