La Sierra Leone s'attaque au chômage des jeunes

un homme travaillant sur des chaussures
Frappé par la polio à l’âge de la 10 ans, Umaru Kargbo est devenu cordonnier pour subvenir aux besoins de sa famille. Photo : PNUD Sierra Leone

L’histoire d’Umaru Kargbo, qui vit à Makeni, à 180 km de la capitale de Sierra Léone, Freetown, est celle d’une vie marquée par la résilience et la volonté d’échapper à la pauvreté.

À dix ans, il a attrapé la polio, une maladie virale infectieuse grave qui frappe beaucoup d’enfants en Sierra Leone et peut entraîner une paralysie. Umaru n’a été que quelques années à l’école, et une fois en âge de travailler, d’autres handicapés lui ont expliqué que la mendicité était le seul moyen de survivre.

A retenir

  • Quelque 800 000 jeunes âgés de 15 à 35 ans sont activement à la recherche d’un emploi en Sierra Leone.
  • Les revenus des 10 299 bénéficiaires du programme ont augmenté de près de 200% en moyenne.
  • L’investissement moyen par jeune est de 394 dollars US.

Heureusement, Umaru a été recruté dans le cadre d’une formation offerte par un projet d’emplois jeunes appuyé par le PNUD et placé comme apprenti dans un atelier cordonnerie.

« J’ai eu une bonne formation. J’avais décidé que je ne voulais pas devenir mendiant, je voulais faire quelque chose d’utile et qui me donne une certaine dignité, explique-t-il en souriant. On m’a donné les fournitures de base, comme de la colle, du cuir, des clous et un marteau. Pendant ma formation, j’ai aussi reçu une allocation hebdomadaire d’environ 15 000 leones (3,50 dollars) pour mon entretien. »

Une récente étude indépendante qui a analysé 17 programmes de création d’emplois jeunes administrés par le PNUD et le gouvernement de la Sierra Leone montre que celui auquel Umaru a participé a changé la vie de 10 299 jeunes.

Selon le conseiller technique principal du PNUD, Keith Wright, une récente enquête sur le projet a montré qu’il avait eu un impact énorme.
« L’étude a montré que les revenus des jeunes avaient augmenté de plus de 197 pour cent en moyenne. Les communautés rapportent aussi que la sécurité alimentaire et la probabilité de pouvoir payer les frais scolaire se sont améliorées pour elles », explique-t-il.

Après 2 années d'apprentissage, Umaru a ouvert sa propre petite entreprise, qui lui permet de gagner sa vie sans mendier: « J’ai une famille à présent, j’ai un enfant. Je dois le nourrir et l’envoyer à l’école. Je gagne 7 dollars en moyenne… si la journée est bonne, je gagne plus encore. J’en suis heureux et fier », dit-il.

Le PNUD travaille avec divers partenaires locaux pour aider la Sierra Leone à  résoudre le problème du chômage autonomiser les jeunes. Le programme est financé à hauteur de 1,2 million de dollars par le Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix et les gouvernements irlandais et norvégien. Il a été conçu pour soutenir la mise en place de services d’aide aux jeunes, comme le suivi des micro et petites entreprises ou la création de services d’orientation professionnelle dans les universités. C’est ainsi que 5 000 jeunes ont pu créer leur propre entreprise.

Pour Umaru, le projet ne s’est pas seulement traduit par un revenu régulier et  confortable. Le jeune homme a aussi retrouvé un statut social en temps que membre respecté de sa communauté.

« Le plus important, c’est qu’à présent, j’ai de l’espoir pour l’avenir », conclut-il.

par Abdul Karim Bah

thumbnail

Cette histoire fait partie des douze articles lauréats de notre premier concours annuel de reportages.

 

Voir la publication et télécharger le PDF
Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités. 

Voir tous les rapports annuels