Serbie : création d'opportunités pour les personnes handicapées

Momcilo Stanojevic mène une enquête sur l'application de la loi sur l'emploi des personnes handicapées en Serbie.
Momcilo Stanojevic mène une enquête sur l'application de la loi sur l'emploi des personnes handicapées en Serbiel. Photo: Centre pour personnes handicapées, Serbie.

Il fut un temps, Jelena Petrovic devait surmonter des obstacles considérables pour trouver un emploi. À cause d'une déficience auditive, elle a dû subir les préjudices d'employeurs potentiels qui hésitent à employer une personne handicapée.

Jelena fait partie des 800 000 personnes handicapées en Serbie, soit 10 % de la population. Pour des raisons telles que la stigmatisation, des systèmes de secours sociaux limités, et d'autres facteurs, ce groupe vulnérable est l'un des plus marginalisés, et les personnes handicapées se retrouvent souvent dans la pauvreté et au chômage.

A retenir

  • En Serbie, plus de 70 pour cent des personnes handicapées vivent dans la pauvreté et seulement 13 pour cent ont des possibilités de travail.
  • Les employeurs serbes reçoivent maintenant des avantages fiscaux lorsqu'ils recrutent des personnes handicapées.
  • En 2006, la Serbie est devenue le premier pays de l'Europe du Sud-Est à mettre en vigueur une loi prévenant la discrimination. Moins de 50 pays dans le monde entier ont une loi similaire.

Cependant, les conditions s'améliorent. En 2003, la Serbie a reconnu pour la première fois que les personnes handicapées représentent un groupe vulnérable nécessitant une aide supplémentaire, et en 2010 le gouvernement a mis en place un système de quotas.

Ce système exige que les employeurs de 20 à 50 personnes engagent au moins une personne handicapée, et une de plus pour chaque groupe de 50 employés supplémentaire. Près de 3 700 personnes handicapées ont trouvé un emploi, par rapport à seulement 600 personnes en 2009.

Le mérite revient surtout à des organisations pour personnes handicapées qui ont préconisé de telles lois progressistes. Avec l'aide du PNUD, ces organisations ont développé des compétences de recherche, de surveillance et d'engagement public.

Le PNUD a aussi collaboré avec le Pacte mondial de l'ONU pour enseigner aux employeurs du secteur privé à recruter des personnes handicapées, se conformer aux quotas d'embauche, et augmenter l'accessibilité au travail en installant des rampes pour les chaises roulantes ou des logiciels pour les personnes affectées de déficience visuelle.

D'autres initiatives sont également en place pour aider les personnes handicapées à trouver un emploi. En 2010, le gouvernement serbe a organisé le Centre pour la réhabilitation professionnelle et le recrutement de personnes handicapées, qui offre des formations professionnelles, des subventions pour lancement d'entreprise et un placement dans des organisations publiques et privées.

De plus, le Fonds pour l'emploi des jeunes, soutenu par l'ONU, avec des bases d'opérations dans 50 municipalités, offre des options de formation, placement et lancement d'entreprise supplémentaires pour les personnes de moins de 30 ans, notamment les personnes handicapées.

« Vingt-cinq personnes handicapées travaillent pour notre entreprise, et la plupart d'entre elles ont été recrutées via le Fonds pour l'emploi des jeunes, » dit Marko Cvetkovic, superviseur du recrutement à Delta Sport, une société de vêtements de sport. « La valeur clé que nous souhaitons inculquer à nos employés actuels et futurs c'est que les portes ne sont fermées à personne. »

Le Fonds pour l'emploi des jeunes a également offert à Jelena une formation et un placement pour commencer sa nouvelle vie. Elle travaille maintenant comme adjointe administrative et suit une formation en comptabilité offerte par son employeur.

« Je suis très heureuse de travailler, » dit-elle en souriant. « Les autres employés ont confiance en moi. C'est très motivant et je me sens inspirée. »