Comprendre la pauvreté et l'inégalité en Namibie


En tant que pays à revenu intermédiaire avec une distribution des richesses parmi les plus inégales de la planète, la Namibie est un pays pauvre au milieu d’une terre d'abondance. Selon une enquête sur les revenus et dépenses des ménages de Namibie, plus d'un ménage sur quatre vit dans la pauvreté. En outre, les 10 % des ménages les plus pauvres se partagent à peine 1 % des revenus totaux du pays, tandis que les 10 % les plus riches en contrôlent plus de la moitié.

De telles statistiques apparaissent de manière répétée dans les fréquents sondages menés par le gouvernement namibien, mais ceux-ci sont rarement suivis par des analyses de fond. En conséquence, la compréhension des liens entre la pauvreté, l'inégalité et la croissance économique, et l’identification des solutions disponibles pour combler le fossé entre riches et pauvres figurent parmi les principaux défis de politique publique de ce pays d'Afrique du Sud.

A retenir

  • Plus d'un ménage sur quatre vit dans la pauvreté en Namibie.
  • 10 % des ménages les plus pauvres se partagent à peine 1 % des revenus totaux du pays.
  • 10 % des ménages les plus riches contrôlent plus de la moitié des revenus totaux du pays.

En vue de renforcer les capacités du pays à analyser et à relever ces défis, le PNUD et le Bureau Central des Statistiques de la Namibie ont uni leurs forces avec l'Université Laval au Canada pour organiser un vaste programme de formation sur la pauvreté et l’analyse de la distribution. Les formateurs ont eu recours à un logiciel innovant - Analyse Distributive (DAD) - un outil simple d’utilisation développé par L’Université de Laval et conçu pour aider les pays en développement à conduire des analyses de données de qualité.

Par le passé, la capacité d'effectuer des calculs complexes comme le calcul des mesures de la pauvreté ou l'effet des réformes politiques sur la pauvreté était réservé à un petit groupe d'organismes internationaux et d’universitaires. Après avoir appris l’usage de DAD, les chercheurs namibiens ont pu pour la première fois conduire eux-mêmes des analyses détaillées sur leurs données. "Ce type de formation pratique est essentiel pour renforcer notre capacité à produire le genre d'analyse dont les décideurs ont besoin pour fonder leurs décisions", affirme Liina Kafidi, directrice adjointe du Bureau Central des Statistiques.

Le but ultime du programme est d'aider la Namibie à faire le meilleur usage des données statistiques qu'elle recueille. "Nous avons besoin d'un meilleur équilibre entre nos efforts de collecte de données, d'analyse et d'application des politiques", a déclaré Sebastian Levine, économiste principal du bureau du PNUD en Namibie. "Le DAD nous aide à le faire, et il s’agit maintenant de renforcer la communauté d’utilisateurs et de fournisseurs de données locaux pour faire avancer les travaux."