Bulgarie : des possibilités d’emploi grâce à l’appui aux petits commerces

Des femmes en Bulgarie cueillent des baies et des herbes.
"JOBS en herbes" a permis à une centaine de personnes sans emploi en Bulgarie de se lancer dans la culture d'herbes aromatiques. Photo: PNUD

Lorsque Sevdalina Pavlova a dit autour d’elle qu’elle avait l’intention de créer une pâtisserie dans le sous-sol d’une station d’autobus locale, beaucoup de gens dans le village bulgare de Devin ont cru à une blague. En 2000, on pensait que le lancement d’un commerce comportait des risques. Rares étaient ceux qui osaient établir un commerce à partir de rien dans une petite collectivité reculée où 35 % de la population étaient au chômage.

Sevdalina  a cherché de l’aide auprès d’un centre d’affaires, créé par le Gouvernement et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le but d’aider les femmes chefs d’entreprise. Le centre d’affaires a aidé Sevdalina à organiser chaque étape du lancement de sa pâtisserie et lui a accordé une garantie de prêt de 2 500 dollars É.-U.   

A retenir

  • Le projet a créé 37 000 emplois depuis 2000.
  • Il a permis d’établir 42 centres d’appui aux petits commerces, dont la plupart dans les zones rurales.
  • Il a permis à 60 900 personnes de renforcer leurs capacités.

Maintenant, Sevdalina est propriétaire d’un petit commerce au rendement stable. En 2009, elle employait neuf personnes et se préparait à agrandir sa pâtisserie.

Cette histoire n’est pas unique en son genre. Le centre d’affaires qui a donné la possibilité à Sevdalina de lancer son commerce est l’un des 42 centres qui ont aidé à créer plus de 37 700 emplois dans le pays. Il fait partie du programme Job Opportunities Through Business Support (JOBS – Possibilités d’emploi grâce à un appui au commerce), un programme initié par le Gouvernement et le PNUD, et qui a fonctionné de 2000 à 2009.

Doté d’un financement de 29,7 millions de dollars, le programme  a introduit une combinaison de formation à l’emploi, d’appui au commerce, et de microfinance. Il a formé 60 900 personnes à de nouvelles compétences. Il a été financé en grande partie par le Gouvernement bulgare, ainsi que par divers donateurs internationaux et municipalités locales.

Les centres d’affaires ont contribué à réduire considérablement le chômage. Entre 2000 et 2008, le taux de chômage dans le pays a chuté de près de 15 %. De même, les endroits qui avaient des centres d’affaires JOBS ont connu une plus grande diminution du taux de chômage. Dans les petits villages, par exemple, ce taux a diminué de près de 20 %. En outre, en 2008 les villes ayant des centres d’affaires JOBS ont vu leur taux de chômage tomber à un niveau inférieur à la moyenne nationale.

Dans le cadre de ce processus, ces centres d’affaires ont été une véritable planche de salut pour les minorités et les groupes vulnérables. Ils leur ont fourni services et programmes sur mesure dans divers domaines, notamment le tourisme, la culture des herbes aromatiques et l’artisanat. Parmi les principales réalisations, notons un riche choix de cours de formation professionnelle, des dons pour lancer un commerce, des possibilités de crédit-bail, ainsi que des centres d’affaires ayant donné de bons résultats dans les communautés roms.

Le programme JOBS a officiellement pris fin en 2009, mais les centres d’affaires poursuivent leurs activités en fournissant des services aux collectivités locales. Le programme JOBS a ainsi donné à toute une génération de professionnels de solides connaissances ayant trait aux services publics et aux activités économiques locales.