Au Vénézuela, la musique donne de l'espoir aux jeunes démunis

Orchestre symphonique des jeunes jouant à Caracas, Venezuela
Orchestre symphonique des jeunes jouant à Caracas, Vénézuela. Photo Núceo Montalbán/ PNUD au Vénézuela

Plus de 500 000 jeunes, garçons et filles âgés de 3 à 29 ans, provenant de communautés pauvres et vulnérables, ont changé leur vie grâce au Réseau d’orchestres de jeunes et d’enfants du Venezuela, une initiative gouvernementale que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) soutient depuis 2002.

Loin de la violence, et à l’aide de violons et de flûtes, le Réseau donne aux jeunes qui vivent dans l’extrême pauvreté l’occasion d'apprendre à jouer de la musique comme moyen d’améliorer leurs conditions de vie et celles de leur famille.

A retenir

  • Depuis 2002, le PNUD et la Banque interaméricaine de développement soutiennent l'éducation musicale de jeunes défavorisés.
  • Quelque 500 000 jeunes ont bénéficié du projet, qui offre une formation musicale et inculque des valeurs positives.
  • Plus de 7% des 30 millions d'habitants du Venezuela vivent dans une extrême pauvreté.

“Le Réseau a réussi à atteindre une proportion considérable d'enfants pauvres”, déclare Nehyda Alas, un enseignant, qui ajoute que le comportement des enfants change lorsqu’ils sont exposés à la musique. Le Venezuela compte 30 millions d’habitants, dont 7,2 % vivent dans l’extrême pauvreté.

“Cela répond aux attentes tant des parents que des enfants, car ils nourrissent l’espoir que la musique les éloignera de la criminalité. Les mères sont souvent face à deux choix : inscrire leur enfant dans un programme qui inculque des valeurs, ou le retrouver portant une arme.”

Durant les trois premières années les jeunes reçoivent une formation musicale complète, c’est-à-dire un enseignement qui non seulement leur permet d’apprécier cet art mais aussi d’acquérir les compétences techniques nécessaires pour jouer de la musique.

Parallèlement, on leur apprend la théorie de la musique et le solfège, après quoi ils choisissent l’instrument qu’ils préfèrent. Ensuite ils vont jouer dans divers orchestres d’enfants, puis des orchestres de la jeunesse, et reçoivent alors une rémunération conforme à leur niveau de formation.

Les jeunes bénéficient de l'enseignement de musiciens de renommée mondiale qui consacrent du temps aux orchestres. L’exemple le plus édifiant est celui du Maestro Gustavo Dudamel, élevé dans une famille modeste et maintenant directeur de l’Orchestre de la jeunesse Simón Bolívar du Venezuela et directeur musical de l’Orchestre philarmonique de Los Angeles, pour n'en mentionner que quelques-uns.

“L’orchestre est un modèle et une école qui enseignent la vie en société,” déclare le fondateur, Maestro José Antonio Abreu. “Il cherche à offrir aux enfants et aux jeunes venant des groupes les plus vulnérables un enseignement et une formation qui les sauveront d’une vie dénuée de but. Voilà pourquoi la formation reçue ne se limite pas au domaine musical mais inculque aussi des valeurs."

Gustavo Briceño, qui vient de Propatria, un secteur pauvre de Caracas, est devenu membre de l’orchestre de la jeunesse Teresa Carreño à 13 ans. Depuis il n’a pas lâché son violon.

“On commence à s’apprécier et à se dire : si je peux faire ceci aujourd’hui, qu’est-ce que je pourrai faire demain?”, déclare Briceño. Il est fier de faire partie de l’orchestre et il a même trouvé le moyen de persuader d’autres voisins de Propatria à adhérer au Réseau.

Le PNUD et la Banque interaméricaine de développement ont commencé à financer l’Orchestre en 2002. Le projet finance la sélection et l’achat d’instruments de qualité et d’équipement pour permettre aux élèves de compléter leur formation comme il convient. Le projet soutient également les jeunes en leur donnant la possibilité de suivre leur formation avec des musiciens et des chefs d’orchestre du plus haut niveau musical, dans le monde entier.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe