Les femmes résilientes de Syrie

femme et fille syriennes
Après avoir reçu une formation et une trousse à outils, Aish s'est mise au travail dan se centre d'hébergement. Photo: PNUD en Syrie

Après avoir fui avec son mari et ses cinq enfants les conditions de vie terribles qui étaient les leurs à Alep, Aisha a trouvé refuge dans un centre d’hébergement de la province de Tartous, en Syrie. Logée dans une toute petite pièce à peine aménagée, la famille vivait dans le dénuement.

La région de Tartous a été relativement paisible depuis le début la guerre civile syrienne et enregistre un afflux considérable de familles fuyant d’autres parties du pays. Les femmes et les enfants, qui sont généralement les premiers à fuir l’insécurité et la détérioration des conditions de vie, représentent le plus large pourcentage.

A retenir

  • Près de 120 personnes formées en plomberie, dont 39 femmes
  • Plus de 1 300 entreprises redynamisées dans 6 provinces
  • Au total, 14 186 emplois ont été créés

La province a accueilli environ 452 000 personnes déplacées à l’intérieur de leur pays (PDI), parmi lesquelles environ 258 507 ont besoin d’une assistance humanitaire. Environ 1 600 familles résident dans 21 centres d’hébergement collectifs : 15 de ces centres sont situés dans la ville de Tartous et 6 dans les autres districts. Suite à cet afflux constant, les ressources de la province sont totalement insuffisantes..

Les services sociaux sont sur-sollicités et cela a limité la capacité des collectivités locales à effectuer des travaux de maintenance sur les systèmes d’assainissement ou à réparer les centres d’hébergement dans les communautés d’accueil. Les canalisations ont explosé, d’importantes quantités de déchets se sont accumulées et des mares d’eau se sont formées dans les centres d’hébergement, ce qui augmente la nombre de maladies, d’insectes et de rongeurs.

Dans le cadre de son programme de relèvement rapide et de renforcement de la résilience en Syrie, le PNUD soutient une initiative visant à proposer des emplois dans le domaine de la plomberie à un certain nombre de DPI et à des membres des communautés d’accueil à Tartous, dans la périphérie rurale de Damas et à Alep. Les bénéficiaires reçoivent des trousses d’outils et des formations en cours d’emploi sur la façon d’utiliser ces trousses pour réparer des conduites endommagées ou effectuer d’autres travaux de plomberie. Ce projet permet aux bénéficiaires d’accéder à un emploi et à une sécurité en termes de revenu.

 

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet financé par l’UE, qui est axé notamment sur l’emploi d’urgence, le rétablissement des moyens de subsistance et le soutien aux ménages dirigés par des femmes et aux personnes handicapées.

Aicha y a vu une possibilité d’améliorer la vie de sa famille. « Il n’y a rien de mal à ce qu’une femme travaille pour aider son mari. Ensemble, nous pouvons avoir des revenus plus productifs, explique-t-elle..

Aicha a fait partie des premiers bénéficiaires du projet dans le domaine de la plomberie et, avec la trousse d’outils qui lui a été remise, elle répare les fuites d’eau dans le centre d’hébergement.

À Tartous, 40 personnes ont bénéficié d’une formation et de possibilités d’emploi pendant la durée du projet. Près de 120 ont été formées dans la périphérie durale de Damas et 46 à Alep. Aicha fait partie des 39 femmes au total qui ont bénéficié du projet.

Grâce à l’argent qu’elle a gagné en travaillant dans le cadre de ce projet, elle a pu, avec son mari, construire une deuxième pièce, ce qui a sensiblement amélioré leurs conditions de vie. « Les femmes syriennes sont fortes et capables de travailler dans tous les secteurs. Il n’y a pas d’emplois réservés aux hommes », ajoute-t-elle, le sourire aux lèvres.

Dans le cadre de son programme plus général, l’UE a apporté un soutien au relèvement de 1 338 entreprises dans six provinces syriennes. Les entreprises ayant bénéficié de ces mesures de dynamisation étaient de nature variée, la priorité ayant été donnée aux communautés locales, sur la base des demandes formulées, des connaissances au niveau local et des ressources locales.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe