ERY Macédoine : la technologie au service de l'agriculture

homme dans une plantation montre un message sur son mobile
Les messages textes informent les agriculteurs de la présence des parasites et quand ils devront être traités. (Photo: PNUD ERY Macédoine)

« Nous avons tous en mémoire ce dessin du petit ver de terre qui sort la tête d’une pomme » explique Eftim Petkovski en retirant une larve de carpocapse d’une pomme de son verger de Resen. « Mais ce n’est pas une blague, je peux vous assurer que pour nous, les agriculteurs, si l’on ne vaporise pas à temps, tous nos stocks sont en jeu. Et je vous laisse deviner les conséquences pour l’environnement. »

À retenir

  • L’usage excessif des pesticides est l’une des principales causes de pollution dans la région écologiquement vulnérable du bassin du lac Prespa, qui abrite plus de 2 000 espèces d’oiseaux, de poissons et de mammifères.
  • Un système de notification par SMS dont la mise en place coûte moins de 1 000 dollars, informe les agriculteurs des derniers contrôles d’insectes.
  • Les pulvérisations ciblées ont réduit de 30 pour cent l’utilisation de pesticides chaque saison.

L’utilisation excessive de pesticides est l’une des principales causes de pollution du bassin du lac Prespa, une région superbe mais aussi très vulnérable sur le plan écologique. Ces pesticides constituent une menace pour l’habitat de plus de 2 000 espèces d’oiseaux, de poissons et de mammifères que l’on trouve uniquement dans cette région.

Ces dernières années, le PNUD a travaillé en étroite collaboration avec la municipalité de Resen, grâce au financement du Fonds pour l’environnement mondial et de la Coopération suisse, sur des projets de sensibilisation aux dangers des pesticides et de promotion de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement. Ces efforts ont déjà entraîné une réduction de 30% d’utilisation des pesticides, ce qui représente une bonne nouvelle pour l’environnement et des économies pour les agriculteurs.

« L’ancienne méthode de traitement des insectes était inefficace » déclare Petkovski. « On peut mettre tout ça sur le dos de l’ignorance des agriculteurs, mais ce n’est pas la seule raison. La vitesse de notification constituait à bien des égards un problème technique qui nécessitait une solution technique ».

Pour faire face à ce problème, la municipalité de Resen et le PNUD ont créé un système de contrôle et installé six stations de contrôle agro-météorologique alimentées par l’énergie solaire ainsi que de nombreux pièges à phéromones.  

Mais la transmission directe des données aux agriculteurs posait toujours problème car l’ancien système d’envoi de messages était loin d’être fiable.

« Pour assurer la viabilité du système, nous devions trouver une solution bon marché » explique Dimitrija Sekovski du PNUD. « Nous avons mis au point une méthode de notification dont la conception coûte moins de 1 000 dollars ».

Parcourant son verger, Petkovski tapote sur son téléphone portable et fait défiler ses messages. « Voici le SMS que nous avons reçu vendredi ». dit-il. « Les pommiers de la région ont été infectés par le carpocapse et doivent être traités dans les dix prochains jours. Pour plus d’informations rendez-vous sur notre page Facebook ou contactez l’Association des agriculteurs. »

« C’est le message qu’ont reçus les agriculteurs inscrits auprès de l’Association locale des agriculteurs » dit Petkovski. « Et c’est ainsi qu’on a pu vaporiser avant que les carpocapses n’aient eu le temps de se répandre ».

Ce système SMS a été mis au point par le département informatique de l’université de Cyril et Methoius de Skopje avec le soutien du PNUD. Le spécialiste qui envoie les SMS aux agriculteurs met aussi à jour la page Facebook de l’association des agriculteurs pour assurer la plus grande diffusion possible des messages. Les prix bon marché et la facilité de mise en œuvre rendent le système facile à reproduire dans d’autres villes du pays.

Ce nouveau système de notification fait partie d’un projet de six ans d’assainissement du bassin du lac Prespa, financé par la Coopération suisse.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe