Au Laos, la radio communautaire donne une voix aux minorités

Femmes en costume traditionnel au Laos
Bénévoles de la station radio communautaire de Lakonepheng, en costume traditionnel au lancement de la radio. Photo: PNUD au Laos

Le jour, Mouddala Keonheun enseigne à l’école locale de Lakonepheng et, le soir, elle se rend à la station de radio communautaire pour diffuser sur les ondes son programme scolaire. Plus de 45 000 personnes suivent cette émission, la plupart luttant pour avoir accès à une éducation, aussi rudimentaire soit-elle.

Activiste et pédagogue dans l’âme, Mouddala est devenue bénévole pour sensibiliser sa communauté à l’importance de l’éducation. « J’essaye de faire comprendre aux gens à quel point scolariser leurs enfants est essentiel. De nombreux jeunes quittent l’école trop tôt », déplore-t-elle.

À retenir

  • 63% de la population lao vit dans des communautés reculées, dont beaucoup deviennent inaccessibles pendant la saison des moussons
  • Les taux de vaccination ont progressé de plus de 50% et le nombre de femmes se faisant suivre pendant leur grossesse a augmenté de près de 70%
  • 7 stations sont réparties sur 4 provinces et diffusées en 8 différentes langues ethniques

Ces dernières années, Mouddala a perdu beaucoup de jeunes élèves brillants, qui ont préféré aux études un emploi en Thaïlande, non-qualifié, mais payé en liquide. Ce problème national, causé par le manque d’éducation et d’accès aux informations et emplois locaux, contribue lourdement au problème de pauvreté inter-générationnelle du pays.

Le défi est d’autant plus difficile à surmonter que 63% de la population lao vit dans des communautés reculées, souvent montagneuses et ethniquement diverses, dont beaucoup deviennent inaccessibles pendant la saison des moussons. Les communautés n’ont parfois pas accès aux services de santé de base ou aux services publics pendant plusieurs mois.

Un programme mené par le PNUD et le ministère Lao de l’information, de la culture et du tourisme, avec le soutien d’Oxfam, cherche à améliorer la diffusion des informations auprès des foyers les plus pauvres et marginalisés, par le biais de radio communautaires. Ce projet donne notamment une voix aux femmes et aux minorités ethniques.  

Malgré un paysage médiatique limité par le manque de protection, de formations journalistiques et l’incertitude autour des lois sur les médias, le projet a rencontré un succès remarquable.

Chaque station est gérée par des bénévoles qui créent des émissions en fonction de l’actualité et des problématiques locales. Sept stations sont réparties sur 4 provinces et diffusées en 8 langues ethniques différentes, sachant que le Gouvernement ne communique qu’en laotien.

Travailler au sein des radios permet aux bénévoles d’acquérir de nouvelles compétences en radiodiffusion, création de contenu, soutien communautaire et entretien de matériel.

« Travailler à la radio communautaire m’a permis de croire en ma capacité à démarginaliser les gens et à changer leur vie », explique Khamla, une bénévole.

Dans la province de Xieng Khouang, les taux de vaccination ont progressé de plus de 50% et le nombre de femmes se faisant suivre pendant leur grossesse a augmenté de près de 70%. Les bénévoles de la station locale ont reçu une médaille pour leur contribution à la préparation et sensibilisation de la population aux catastrophes naturelles. 

Malgré leur impact positif sur le développement rural, de nombreuses stations communautaires se heurtent à des problèmes de longévité, que ce soit le manque de financement, la rotation des bénévoles, ou l'absence de soutien provincial.

Toutefois, le Gouvernement reconnaît que les radios communautaires ont un rôle important à jouer dans le développement du pays. « Il est important que le peuple dispose d’un moyen d’expression », affirme le vice-ministre de l’information, de la culture et du tourisme, Mr. Razmountry.

Pour Mouddala, son pèlerinage quotidien à la station locale en vaut la chandelle. « Il y a tant d’enfants dans l’impossibilité de poursuivre leur scolarité. La radio communautaire est cruciale pour enseigner à ceux qui veulent apprendre et pour donner aux personnes qui n’ont pas eu d’instruction un moyen de se faire entendre ».

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe