Au Malawi, des femmes transforment les déchets en revenu

femmes au Malawi
Le recyclage des déchets permet d'autonomiser les femmes des bidonvilles. Photo: PNUD au Malawi

Norah Baziweli, une habitante de Mtandire, un bidonville de la capitale du Malawi, Lilongwe, a longtemps eu du mal à gagner sa vie et subvenir aux besoins de sa famille.

Chaque matin, elle se levait à 4 heures pour effectuer les tâches ménagères et préparer le petit déjeuner de ses trois jeunes enfants. Sitôt les enfants partis à l’école, Norah rejoignait des dizaines d’autres femmes sans emploi à la décharge de la ville pour y trier des monceaux d’ordures. Les matériaux récupérés étaient transformés en articles à vendre, tels que des sacs à main et des tapis en plastique. Malgré leurs efforts, l’activité était peu rentable.

À retenir

  • Près de 160 entrepreneurs (dont 145 femmes) ont suivi une formation de compostage et gestion des déchets
  • Plus de 80% des déchets produits par les villes du Malawi est constitué de matière organique pouvant être transformée en compost
  • Chaque entrepreneur récupère jusqu’à 100 kg de matériaux recyclables par semaine

« J’avais de la peine à m’en sortir avec l’argent que je récoltais en vendant ces tapis en plastique », explique Norah. « Je n’avais toujours pas les moyens d’acheter les produits de base pour ma famille et il n’était pas rare que mes enfants se couchent le ventre vide. »

En 2010, sa chance tourne lorsque le PNUD et ONU-Habitat lancent le projet Waste for Wealth (les déchets, source de richesse). Norah et 36 autres femmes ont ainsi pu suivre une formation de production de compost à partir de déchets. Alternative biologique aux engrais, ce compost améliore le rendement des cultures.  

« Lorsque j’ai entendu parler de ce projet, j’ai su qu’il m’aiderait non seulement financièrement, mais aussi dans mon petit potager où j’utilise ce fumier pour améliorer ma production », raconte-t-elle. 

En fonctionnant comme une coopérative reconnue par le Conseil municipal de Lilongwe, les femmes font du porte-à-porte dans leur voisinage pour collecter les déchets. Elles les trient, en séparant les matériaux tels que sacs plastiques, verre et papier, et déversent le rebut dans une fosse où il est incinéré, afin d’éviter la prolifération des bactéries. Chacune de ces femmes récupère jusqu’à 100 kg de matériaux recyclables par semaine, laissant au Conseil municipal la charge de ramasser et d’éliminer sûrement les déchets résiduels.

Les déchets mettent quatre semaines à se décomposer et à se transformer en compost, qui est ensuite conditionné et vendu à de petits cultivateurs et des propriétaires fonciers pour leur potager. Un seul sac de 50 kg peut atteindre jusqu'à 110 dollars américains. La plus grande entreprise de floriculture du Malawi constitue leur principal débouché : elle achète la quasi-totalité du compost produit.

Chaque mois, Norah vend un sac d’environ 30 kg de compost et touche une cinquantaine de dollars américains. Assez pour bien nourrir sa famille et scolariser ses trois enfants.

« Les produits de base tels que le sucre, le sel et le savon ne sont plus un luxe maintenant. Je peux même me permettre un repas convenable par jour, » explique-t-elle.

Les avantages du projet sont multiples : les femmes sans emploi ont maintenant acquis des compétences spécifiques en traitement des déchets et peuvent gagner leur vie ; les quartiers résidentiels de Lilongwe sont plus propres, ainsi que les bidonvilles. Auparavant, les détritus jetés sur la voie publique attiraient mouches et bactéries. Désormais, les cas de maladies transmises par l’eau, telles que le choléra et la dysenterie, ont diminué, entre autres grâce aux efforts des femmes pour nettoyer les dépôts d’ordures. 

De plus, le PNUD a soutenu le Conseil municipal de Lilongwe afin de dégager cinq hectares de terrain pour y créer une déchetterie où tous les habitants peuvent apporter leurs déchets recyclables tels que bouteilles, papier et plastique.

Le PNUD a également financé à hauteur de 7500 dollars américains la construction d’un hangar permettant aux femmes d’y entreposer leur compost plutôt que de le stocker chez elles. Plus de 60 autres femmes à Mtandire ont depuis été formées au recyclage des déchets et à la production de compost dans le cadre du projet.

Suite au succès de l'initiative, d’autres groupes de production de compost se sont créés spontanément, et sont maintenant opérationnels à travers Lilongwe, après une formation par le groupe de Mtandire.

Début 2015, les ventes totales officielles s’élevaient à 7 880 000 MK (soit 16 996 dollars), le montant réel étant très probablement supérieur sachant que beaucoup de vendeurs n’enregistrent pas leurs ventes.  

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe