Une solution à l’émigration pour les jeunes Salvadoriens

Francisco Pérez et une vingtaine d’autres jeunes ont inauguré une serre équipée d’un système d’irrigation au goutte-à-goutte destinée à la production de tomates. Photo: Sonia Hernández, ADEL Morazán.

« J’ai cherché à partir parce que je vivais une situation difficile et qu’émigrer me semblait la chose à faire », se souvient Francisco Pérez, un jeune homme originaire du département de Morazán, au Salvador. N’ayant pas trouvé d’emploi stable après la fin de ses études élémentaires, l’émigration lui semblait la seule solution pour venir en aide à sa famille.

À Morazán, les perspectives sont rares pour les jeunes, qui sont 72 % à avoir l'intention d'émigrer aux États-Unis, selon des études du PNUD. Dans ce contexte, un projet mis en œuvre par le PNUD vise à améliorer les perspectives d’avenir des habitants et à leur ouvrir de nouvelles possibilités sur place.

A retenir

  • 72 % des jeunes de la province de Morazán ont l'intention d'émigrer aux États-Unis
  • Le projet favorise le développement au niveau local pour créer des alternatives à l'émigration
  • Plus de 260 jeunes ont suivi des formations en comptabilité, marketing, horticulture, entrepreneuriat et vie associative

Ce projet s’inscrit dans le cadre de l'Initiative conjointe pour la migration et le développement (ICMD) financée par la Commission européenne ainsi que l’Agence suisse pour le développement et la coopération (COSUDE).

L’objectif est de favoriser le développement au niveau local pour que l'émigration ne constitue plus le seul espoir d'une vie meilleure.

Le projet a ainsi facilité la création de partenariats avec des organisations stratégiques, l’enrichissement des connaissances sur les phénomènes migratoires, le développement des capacités des jeunes en matière de création d’entreprises et d’emplois indépendants, et la mise en œuvre d’activités productives.

Dans le département de Morazán, plus de 268 jeunes ont suivi des formations en comptabilité, marketing, horticulture, entrepreneuriat et vie associative. Les participants au projet ont renforcé leurs capacités, notamment en matière de création d’entreprise, et ont réalisé des plans d’affaires.

À la suite de ces ateliers, dix entreprises ont été créées, dont le groupe associatif La Laguna, dont font partie Francisco Pérez et une vingtaine d’autres jeunes. En mai dernier, ils ont inauguré une serre équipée d’un système d’irrigation au goutte-à-goutte et principalement destinée à la production de tomates.

« Cette initiative offre aux jeunes les conditions et les possibilités de se constituer des sources de revenus et leur donne accès à des alternatives de développement au sein de leurs communautés. Des projets comme celui-ci permettent de définir une approche coordonnée en matière de migrations et de développement au niveau local et de créer des alternatives à l’émigration », indique Stefano Pettinato, Représentant résident adjoint du PNUD en El Salvador.

L’initiative, qui pourrait être étendue à d’autres régions du pays, a bénéficié du soutien de différents acteurs et institutions. Un riverain a prêté le terrain et la mairie a fourni les équipements pour la construction de la serre ainsi qu’un appui technique, et s’est chargée des repas pendant la durée du chantier.

Le PNUD a soutenu le groupe par le biais de l’ICMD en lui fournissant des équipements et des matériaux pour la serre. L’organisation a aussi apporté une assistance technique en matière de renforcement des capacités dans des domaines comme la lutte contre les ravageurs, la gestion d’une serre et la commercialisation de la production.

Après avoir enchaîné des petits boulots comme travailleur journalier ou professeur de karaté, Francisco fait aujourd’hui partie d’une association d’entrepreneurs. « Ma vie a beaucoup changé, j’ai pu acquérir des connaissances en gestion d'entreprise et en agriculture, et maintenant j'ai un emploi », sourit-il, expliquant que c’est dans cette serre qu’il construit son avenir et qu’a germé la décision de rester dans son pays. « En tant que jeunes, nous avons la possibilité de nous épanouir et de nous développer ici-même, dans notre commune… Et ceux qui nous ont aidés l’ont fait à condition que nous nous efforcions de continuer à vivre ici. »

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe