Indonésie : un basculement politique pour les femmes

Des candidates parlementaires en Indonésie
Des candidates parlementaires enthousiastes formées par le projett à Bangka Belitung. Photo: PNUD en Indonésie

En tant que femme au foyer, Sahanan pensait n’avoir aucune chance d’être élue au Parlement provincial de Lampung en Indonésie.

Comme la plupart des pays de l’Asie du Sud-Est, l’Indonésie est une nation extrêmement patriarcale où le domaine politique est réservé aux hommes. Bien qu’il n’existe aucune règle interdisant aux femmes de participer aux processus politiques, le pourcentage de femmes élues ne reflète pas la démographie indonésienne. Même lorsqu’elles sont élues, les parlementaires indonésiennes se voient généralement confier les questions concernant les femmes et sont rarement membres de commissions chargées de la défense ou de la sécurité.

A retenir

  • La représentation politique des femmes a augmenté de 18 à 22 % au niveau des 9 provinces ciblées par le projet.
  • En 2013, l’Indonésie a obligé les partis politiques à présenter au moins 30 % de femmes dans leurs listes de candidats aux élections législatives.
  • Plus de 200 000 personnes ont regardé les messages d’intérêt public appelant la population à voter pour des parlementaires indonésiennes.

Pourtant, dans les neuf provinces ciblées par le projet SWARGA « Renforcement de la participation des femmes et de leur représentation politique en Indonésie », le nombre de femmes élues est passé d'une moyenne de 17% au niveau national à 22%.

SWARGA est financé par la Norvège et les ressources de base du PNUD, et vise à renforcer les capacités et les connaissances des femmes en matière de politique pour renforcer leur participation aux institutions politiques et gouvernementales.  Le projet de 4 ans (2011-2015) est mis en œuvre conjointement avec le ministère de l’Autonomisation des femmes et de la Protection de l’enfance.

Une campagne publique présentant des personnalités connues, telles que le précédent président B.J. Habibie, a diffusé des messages télévisés demandant aux électeurs d’élire des femmes.

Des candidates qualifiées telles que Sahanan ont également bénéficié de formations dispensées par le projet. Près de 500 candidates aux élections législatives provenant des 9 provinces ciblées ont participé à une formation de trois jours qui a renforcé leurs techniques de présentation et leurs connaissances des sujets politiques.

« Je n’étais pas sûre de pouvoir être élue au parlement provincial de Lampung », nous confie Sahana, « mais, après avoir participé à la formation, je savais que mes nouvelles connaissances me permettraient de réussir… On m’avait appris que les femmes, quelle que soit leur origine, avaient des chances égales de participer au Parlement. » 

Sriani Hadju, qui a elle aussi bénéficié du projet, attribue son élection aux modules de formation sur la problématique hommes-femmes lui ont permis de faire campagne sur l’égalité des sexes et d’attirer les électrices.

« Il faut souligner l’importance d’avoir des femmes qui participent activement aux processus de prise de décision, » explique Hadju.

Dans les années à venir, SWARGA continuera à soutenir ces femmes nouvellement élues au parlement, en proposant de nouvelles formations sur la façon d’établir et de disposer efficacement des budgets, et sur les processus législatifs au parlement. Bientôt, le projet entamera un nouveau cycle de formations avancées qui comprendront des études de cas sur les questions budgétaires.

Le projet fournira également des formations sur des questions essentielles liées au développement en Indonésie, telles que la décentralisation, les communications, et l’égalité des sexes.

D’après Helen Clark,  l’administratrice du PNUD, « lorsqu’il existe une masse critique de femmes aux postes de décision, les questions qui précédemment n’étaient pas prises en compte peuvent alors devenir des priorités. »

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe