En Inde, la protection sociale pour vivre dignement avec le VIH/sida

Slide
Lorsque Purshottam Jat a appris sa séropositivité en 1998, les docteurs ne lui donnaient que 3-4 ans à vivre et lui ont même reproché d’avoir contracté la maladie. Photo : Chandan Khanna / AFP
Slide
En Inde, 2,1 personnes vivant avec le VIH sont confrontées à la stigmatisation et à la discrimination. Photo: AFP Services
Slide
Déterminé à vivre pour sa famille, Purshottam a utilisé ses économies pour se soigner avant d'apprendre que le Gouvernement fournissait des médicaments et des traitements gratuits aux personnes atteintes du VIH. Photo: Chandan Khanna/AFP
Slide
Avec l'aide financière destinée aux enfants des personnes atteintes du VIH, Purshottam a réalisé son rêve de scolariser ses fils dans une bonne école. Photo: Chandan Khanna/AFPo

Purshottam Jat s’est effondré lorsqu’il a appris sa séropositivité en 1998, lors d’un voyage à Goa. En tant que camionneur, il avait l’habitude de sillonner les routes du pays pour fournir du marbre du Rajasthan aux régions du sud de l’Inde.

Les docteurs qu’il a consulté ne lui ont apporté aucun soutien ni espoir et lui ont même reproché d’avoir contracté cette maladie, explique-t-il. « J’avais peur de poser des questions », se souvient-il.  « En deux ans, mon poids est tombé à 33 kilos ».

A retenir

  • En Inde, 2,1 personnes vivant avec le VIH sont confrontées à la stigmatisation et à la discrimination.
  • Le PNUD travaille avec le gouvernement depuis 2006 pour renforcer les programmes de protection sociale dans les communautés touchées.
  • Plus d'1 million d'aides ont été fournies aux personnes infectées pour se soigner et mieux gérer l’impact social du VIH.

Pensant sa mort prochaine, ses amis et membres de sa famille ont conseillé à sa femme et à ses trois enfants de s’éloigner de lui.

« J’ai demandé à ma femme et à mes enfants de faire des tests de dépistage du VIH.  Les tests étaient négatifs. Je devais survivre pour eux ».

Les docteurs à l’hôpital de Jaipur lui ont redonné une lueur d’espoir. Ils lui dont dit qu’avec les médicaments appropriés, tel que le traitement antirétroviral, il pourrait vivre encore trois ou quatre ans.

Déterminé à vivre pour sa famille, Purshottam a utilisé ses économies pour acheter des médicaments onéreux. C’est à cette période qu’il a appris que le Gouvernement du  Rajasthan avait commencé à fournir des médicaments et des traitements gratuits aux personnes atteintes du VIH.

Purshottam, qui a maintenant 42 ans, vit avec le VIH depuis 18 ans. Il fait partie d’une tranche de la population estimée à 2,1 millions de personnes en Inde.

Bien que le Gouvernement indien ait pris des mesures pour lutter contre l’épidémie de VIH, les discriminations et la stigmatisation restent élevées.  

Dans le monde entier, ces préjugés ont un coût humain et économique considérable, et font partie des obstacles les plus importants à la prévention, au traitement du VIH et aux soins.

« Les personnes touchées par le VIH sont généralement isolées », explique le docteur Naresh Goel, Directeur général adjoint de l’Organisation nationale de contrôle du sida. « Elles deviennent de plus en plus vulnérables, et plongent de plus en plus profondément dans la pauvreté ».

En 2006, le PNUD a appuyé une étude décisive sur l’impact socio-économique du VIH en Inde. Elle a mis en lumière l’immense fardeau financier que le VIH fait peser sur les familles, qui n’ont souvent aucun filet de sécurité pour surmonter la perte de revenu et ont peu de perspectives d’emploi.

Pour faire face à cette situation, le PNUD a œuvré, avec le Gouvernement indien, à renforcer les programmes de protection sociale dans les communautés touchées pour que des personnes telles que Purshottam puissent non seulement se procurer les médicaments et les soins appropriés, mais qu’elles puissent également mieux gérer l’impact social du VIH.

Environ 1,04 million d’aides telles que régimes de retraites, bourses d’étude, subventions alimentaires ou indemnités de déplacement pour se rendre dans les centres de traitement ont ainsi été distribuées aux personnes infectées et touchées par le VIH.

« Lorsque nous parlons avec les patients, nous constatons que ces aides changent leur vie », explique le docteur Goel.

Outre l’aide perçue pour payer son traitement médical, Purshottam a reçu une aide financière destinée aux enfants des personnes atteintes du VIH et réalisé son rêve de scolariser ses enfants dans une bonne école.

« Les personnes qui m’ont stigmatisé et qui ont affirmé que j’allais bientôt mourir avaient tort. Je vis avec le VIH », explique Purshottam. Je suis en forme sur les plans physique, mental et économique ».

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe