Niger : la formation professionnelle offre un meilleur avenir aux jeunes

Un jeune du Niger
Moussa, 22 ans, est satisfait de la formation reçue dans le cadre du programme soutenu par le PNUD @ PNUD Niger

Au nord du Niger, près de la frontière avec le Mali, le manque de structures d’encadrement et d’opportunités d’emploi touche particulièrement les jeunes. Sans ressources, ils constituent une cible de choix pour les groupes armés ou trafiquants qui recrutent de plus en plus dans la région.

Boubacar, 25 ans, admet avoir porté les armes : « je suis un ancien rebelle ». Faute de travail et de revenu, il a rejoint  le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) car « là-bas ça paye bien ».

A retenir

  • Le PNUD met en oeuvre un programme de US$ 5 millions au Sahel, financé par le Japon.
  • Plus d'1 million a été alloué aux efforts de consolidation de la paix et la résilience des communautés au Niger
  • Les jeunes sans emploi, cibles des groupes armés et trafiquants, suivent des formations génératrices de revenus

Grâce au projet de renforcement de la sécurité et de la résilience communautaire au Sahel, Boubacar est retourné dans son village, et a décidé « de ne plus prendre part aux atrocités».

Comme Boubacar, 200 jeunes de 14 à 25 ans, issus de villages isolés, reçoivent une formation professionnelle en  bâtiment, électricité, menuiserie,  boulangerie, couture, et  mécanique agricole. Partenaire du projet, l’ONG Action des Jeunes pour le Développement (AJEDEV) assure leur formation professionnelle et leur réinsertion socio-économique. Quelque 300 autres jeunes bénéficient quant à eux d’activités génératrices de revenu et d’emplois ponctuels.

« Grâce à la formation en meunerie et l’appui d’AJEDEV pour réparer mon vieux moulin à grain, je gagne assez pour subvenir à mes besoins et ceux de ma famille », annonce fièrement Boubacar, « j’ai même des apprentis qui travaillent avec moi ! »

Financé par le Japon à hauteur de US$ 5 millions, dont US$ 1,08 million pour les activités au Niger, le projet est mis en œuvre par le PNUD en collaboration avec la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, dépendant de la Présidence, et des ONG partenaires comme l’AJEDEV.

A la fin de leur formation, les jeunes reçoivent un kit d’outil et d’équipement, ainsi qu’un capital de 50 000 francs CFA (environ US$ 100) pour leur permettre de lancer leur propre entreprise au sein de leur communauté.

Aujourd’hui, ces jeunes, pour la plupart d’anciens combattants, sont de retour dans leurs communautés avec des projets d’entreprises, ce qui les rend moins vulnérables et leur permet de contribuer au développement local.

Le parcours d’Issaka, 24 ans, illustre celui de nombreux jeunes : « j’ai dû quitter l’école en classe de 4ème : j’habitais à 30 km de Bani Bangou et personne ne pouvais m’héberger ». « Désormais, je suis une formation de boulanger. Je suis très fier d’avoir appris un métier qui me rapporte un peu d’argent et me permet d’aider ma famille ».

Moussa, 22 ans, ne cache pas sa satisfaction : « Je travaillais dans les champs pendant la saison des pluies, mais ce que je gagnais pendant 3 mois ne suffisait pas à assurer mon revenu. Le reste du temps, je n’avais rien à faire ». «
Aujourd’hui, je répare des pneus et gagne environ 1500 à 2000 francs CFA (US$ 4) par jour ».

L’impact de ces activités se fait déjà ressentir au sein des communautés voisines. Pour Hamada Ali, chef du village de Weilla-bon dans la commune d’Ayerou, « la vie reprend petit à petit au village, alors que la sécheresse avait décimé le bétail et que les bras valides étaient partis à la recherche de travail, laissant familles et enfants derrière ».

Quant aux jeunes et anciens combattants qui réintègrent la communauté, les formations et compétences acquises leur offrent la possibilité de développer un entreprenariat durable, de générer des revenus, et d’être moins vulnérables à la pauvreté et l’insécurité dans cette région à risque.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe