En Géorgie, digues et plantations protègent l'environnement

Digue de protection en Géorgie
La construction de digues sécurise les terres de culture et crée des emplois dans une région dont le taux de chômage équivaut au double de la moyenne nationale. Photo : Ivane Tsiklauri/PNUD en Géorgie

Après que la moitié de ses terres ait été emportée par les inondations, Natela Benidze est déterminée à sécuriser ce qui en reste. Cette agricultrice vit à Chalistavi, un village sur les bords du fleuve Rioni dans l'ouest de la Géorgie, l’une des régions du pays les plus vulnérables au changement climatique.

Le bassin du fleuve est à la merci de divers phénomènes météorologiques extrêmes. Inondations, glissements de terrain et torrents de boue y sont de plus en plus fréquents et ravagent terres agricoles, forêts, routes et infrastructures de télécommunication.

A retenir

  • Le projet renforce l'adaptation aux changement climatique et autres risques naturels d'environ 200.000 riverains
  • Ces 10 dernières années, inondations et érosion ont emporté plus de 10.000 ha de terres arables en Géorgie
  • Le PNUD collabore avec le gouvernement et les communautés pour renforcer les capacités de gestion efficace des inondations

L'érosion des sols, qualifiée de défi environnemental majeur par les scientifiques, emporte chaque année 10 millions d'hectares (ha) de terres arables dans le monde. Elle les prive de l'humidité et des éléments nutritifs indispensables pour une récolte saine. De plus, le sol érodé peut contaminer les fleuves et les lacs avec des engrais chimiques, des pesticides et autres polluants.

Au cours de la dernière décennie, la Géorgie a perdu plus de 10 000 ha de terres cultivables à cause des catastrophes hydrométéorologiques, une situation d'autant plus inquiétante que le pays ne dispose en moyenne que de 0,14 ha par habitant.

Les inondations et les glissements de terrain ont durement touché la famille de Natela. Autrefois, le ménage cultivait du maïs et d'autres variétés sur les bords fertiles du fleuve. Malheureusement, les inondations et l'érosion lui ont arraché près de 0,5 ha de terres, lui laissant à peine 0,2 ha pour vivre.

Selon Badri Saginadze, le mari de Natela, les inondations ne cessent d'augmenter depuis 1985. Au départ, sa famille vivait près des montagnes. Mais, avec les risques de glissement de terrain, leur village s'est déplacé au bord du fleuve.

Grâce au financement du Fonds pour l'adaptation et à l'appui technique du PNUD, le gouvernement géorgien a aidé Natela, Badri et d'autres villageois à faire face aux inondations et à endiguer la dégradation environnementale par la mise en œuvre de mesures de gestion des inondations réalistes et efficaces.

Les riverains ont appris par exemple comment protéger les villages des torrents d'eau au moyen de tranchées et de terrasses. Des zones d'arbres et de buissons à racines profondes ou des plantations de noisetiers et de théiers permettent aussi d’atténuer les risques d'inondation.

L'adoption de ces mesures préventives rend petit à petit espoir à Natela et à sa communauté. Comptant sur sa main d'œuvre locale, le village de Chalistavi a initié la construction d'une digue de 900 mètres pour protéger 25 ha de terres agricoles. Ce type de chantier apporte une source additionnelle de revenus aux villageois et un énorme soulagement à une région dont le taux de chômage, estimé à 33 pour cent, équivaut au double de la moyenne nationale.

« Nous travaillons directement avec les populations des régions vulnérables », explique Nino Antadze, chef de l'équipe Environnement et énergie du PNUD en Géorgie. « Nous adoptons une approche intégrée, axée sur la personne. Elle intègre les éléments clés de la gestion des risques d'inondation. Notre assistance repose sur le trépied connaissance des risques, adaptation et innovation ».

Le projet s'attache, en outre, à mettre en place un système d'alerte précoce afin de mieux préparer la population locale. Il s'agit, à terme, de renforcer la résilience d'environ 200.000 résidents de six municipalités riveraines du fleuve Rioni aux inondations et autres risques naturels.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe