Au Cambodge, l’accès à l'eau offre de nouvelles opportunités

Des villageois installent un système de canalisationpour amener l'eau de la cascade Chambok vers les villages environnants
Des villageois installent un système de canalisation pour amener l'eau de la cascade Chambok vers les villages environnants. Photo: Mlup Baitong / PNUD Cambodge

Il ne reste pratiquement plus aucun centimètre carré de libre dans le jardin de Kri Ven. Depuis que sa maison a été raccordée à l’eau courante, le moindre recoin de son terrain de 300 m² est cultivé.

« C’est pour moi une grande satisfaction que de pouvoir vivre de mes cultures », explique ce Cambodgien de 28 ans.

À retenir

  • 80% de la population cambodgienne vit dans des zones rurales exposées aux inondations, aux sécheresses et autres catastrophes climatiques.
  • Le réseau de canalisations de Chambok est l'un des 45 projets visant à aider 150 communautés rurales.
  • Ce projet permettra à terme la mise en place d'un système d'irrigation couvrant 100.000 hectares.

Dans son village, Chambok, situé à 120 km à l’ouest de la capitale, Phnom Penh, les pénuries d’eau ne sont plus qu'un mauvais souvenir. Les quelque 600 familles du village sont désormais raccordées à un système d'approvisionnement en eau, une commodité qui n’était auparavant accessible qu’aux citadins.

Cette initiative s’inscrit dans un projet visant à favoriser l’adaptation des communautés rurales cambodgiennes au changement climatique. Elle a été financée par l’Agence canadienne de coopération internationale au développement (CIDA) et mise en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement dans le cadre du Programme de microfinancements.

Si la commune de Chambok est réputée pour sa cascade naturelle, qui constitue une attraction touristique, les habitants ne pouvaient pas acheminer cette eau chez eux, faute de pouvoir financer l’installation d’un système d’approvisionnement. À la saison sèche, l’eau potable devenait une denrée rare, de sorte qu’ils passaient en moyenne deux heures chaque jour à puiser de l’eau dans des ruisseaux ou des puits. Certains devaient débourser 2 500 riels (soit environ 0,65 USD) pour se procurer les 200 litres qui couvraient uniquement les besoins d’une journée. Bien qu’elle puisse sembler négligeable, cette somme pèse lourd dans les budgets de nombreux habitants défavorisés des zones rurales.

« Vous n’imaginez pas combien il était compliqué de se procurer de l’eau avant, raconte Ros Heng, une mère de trois enfants âgée de 29 ans. Mon mari n’avait plus un seul moment de libre car il devait aller chercher l’eau pour la boisson, la cuisine et l’hygiène. »

Les travaux d’aménagement d’un réseau de canalisations de 20 kilomètres pour acheminer l’eau de la cascade a permis de raccorder l'ensemble des 600 familles de la commune. L’abonnement mensuel coûte 0,12 USD pour un raccordement. Les redevances sont perçues par un comité local et financent l’entretien des canalisations.

Ce système d’approvisionnement couvre les besoins en eau des habitants tout au long de l’année. Il leur permet de cultiver leurs terrains et ce faisant, d’améliorer leurs moyens d’existence et leur résilience face à l’impact du changement climatique.

Nuon Sareun, 47 ans, avait dû renoncer à son potager pendant plusieurs années à cause du manque d’eau. Depuis novembre dernier, elle fait pousser des liserons d’eau ainsi que de la moutarde brune et verte dans son jardin.

« Je suis tellement contente d’avoir de l’eau pour cultiver de nouveau des légumes et pour mes besoins de tous les jours, » indique-t-elle, avant d’ajouter qu’elle compte épargner pour les mauvais jours grâce à la vente de ses légumes.

Touch Morn, responsable de la communauté d’écotourisme de Chambok, affirme que les effets bénéfiques de ce système d’approvisionnement vont bien au-delà de ces compléments de revenus. Les enfants, libérés de la corvée d’eau, peuvent désormais consacrer davantage de temps à leurs devoirs. Des progrès ont également été constatés sur le plan de l’hygiène : des toilettes ont été construites, et les villageois se lavent plus souvent. En outre, il leur est maintenant possible d’accroître leur bétail et de faire pousser des légumes pendant la saison sèche pour augmenter leurs revenus.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe