Le Ghana améliore sa production de cacao en respectant la forêt

Fermier au Ghana
Les arbres protègent les cacaoyers de l’ardeur du soleil et gardent le sol humide durant les saisons sèches. Photo: Bosman Owusu/PNUD au Ghana

Le cacao, principale source de revenus pour plus de 800 000 petits exploitants au Ghana, est aussi une source majeure de devises étrangères, puisqu’il représente 30 % du total des exportations du pays. Deuxième producteur de cacao dans le monde, le Ghana assure environ 20% de l’offre globale.

Cependant, pour la plupart des exploitants, la culture du cacao se fait aux dépens des forêts. Par manque d’incitations et méconnaissance des avantages du couvert forestier dans les exploitations cacaoyères, plus de 135 000 hectares de forêt tropicale disparaissent chaque année. 

A retenir

  • Le cacao est la principale source de revenus pour plus de 800 000 exploitants au Ghana
  • Près de 10 000 fermiers ont été incités à adopter des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement
  • Plus de 780 000 plants d’arbres distribués aux cultivateurs ont contribué à réhabiliter 8 600 hectares de forêts

« J’ai remarqué au fil des ans que ce phénomène n’affecte pas seulement la production de cacao, mais également la faune et la flore, ainsi que les ressources en eau », déplore M. Amponsah Gyinayeh, cultivateur de cacao.

Le PNUD, en partenariat avec le Ghana Cocoa Board (COCOBOD) et avec le soutien financier du Programme « Cocoa Life » de Mondelēz International, a entrepris d’enseigner aux cultivateurs des pratiques respectueuses de l’environnement pour stimuler la production de cacao tout en restaurant les sites dégradés.

Dans le cadre de ce projet de trois ans, plus de 9 600 petits exploitants ont été  formés à des pratiques durables de production de cacao, aux lois et régulations en matière de gestion forestière, ainsi qu’aux droits de propriété des arbres des communautés. L’initiative, d’un budget de 1,7 million de dollars, a également piloté l’établissement de 36 zones de gestion communautaire des ressources dans la zone de production de cacao la plus large du pays, Asufano.

Les arbres protègent les cacaoyers de l’ardeur du soleil et gardent le sol humide durant les saisons sèches. En outre, les arbres servent de puits de carbone et produisent de l’oxygène, ce qui restaure l’environnement. Pour lutter contre la déforestation, le projet a fourni plus de 787 000 plants d’arbres aux cultivateurs, contribuant ainsi à la réhabilitation de 8 600 hectares de forêts sur les bords de cours d’eau et dans des aires protégées.

« Nous sommes heureux de travailler avec les cultivateurs à la diffusion de pratiques agricoles respectueuses de la problématique climatique », s’est félicité Namho Oh, Analyste de programme du PNUD. « Nous espérons pouvoir contribuer à l’atténuation des changements climatiques et à l’adaptation à leurs effets par le biais de ce projet. Nous souhaitons également améliorer la productivité du cacao ainsi que les revenus des exploitants ».

Daniel, cultivateur parmi d’autres, voit l’avenir avec optimisme. Dans son exploitation, il a planté des centaines de pousses d’arbres qu’il a reçus du projet. Il espère obtenir les résultats mérités de son dur labeur : « Je peux compter sur une augmentation de mon rendement grâce aux nouvelles méthodes », dit-t-il.

Le projet vise également à encourager les réformes des politiques de droits de propriété des terres et des arbres en cours au Ghana en fournissant des recommandations stratégiques concrètes ainsi qu’en facilitant le dialogue avec le COCOBOD, la Commission des forêts et d’autres parties prenantes.

L’initiative fait fond sur les efforts nationaux déployés en vue d’accroître les progrès du Ghana dans la réalisation du 7e OMD : plantation d’arbres et replantation de forêts dégradées afin de limiter le déboisement, lequel est estimé à 2% par an. De plus, elle vise à assister le pays dans ses efforts pour la réalisation du 15e Objectif de développement durable, lequel ambitionne, entre autres, d’aider les pays à adopter des pratiques de gestion forestières durables.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe