L’autonomisation financière pour préserver la nature au Malawi

Femmes et enfants dans un marché au Malawi
Des groupes villageois d'épargne et de prêt permettent aux communautés rurales de créer des modes de subsistance durables. Photo: Pauline Achoka / PNUD au Malawi

Les habitants de Tukombo, un centre commercial de la baie de Nkhata, dans le nord du Malawi, se réjouissent de l’introduction récente d’un groupe villageois d’épargne et de prêt dans leur district.

Miriam est l’une des heureuses participantes qui a maintenant accès à des fonds pour ses divers besoins.

A retenir

  • 200 groupes ont bénéficié directement de subventions de 25 000 dollars pour l’accès au microcrédit
  • Près de 5 000 bénéficiaires gèrent maintenant de petites entreprises avec succès
  • Un groupe pilote a vu ses revenus croître de 5 000 % en 1 an

« Nous nous prêtons mutuellement de l’argent à un taux d’intérêt de 20 pour cent. Le prêt et les intérêts doivent être remboursés dans les trois mois », explique-t-elle. L’astuce, c’est que les intérêts ne reviennent pas au groupe, comme c’est le cas pour les banques commerciales ou les prêteurs de fonds traditionnels. Ils s’ajoutent au compte des propriétaires, qui voient ainsi leur épargne croître avec régularité. Au bout d’un intervalle de temps décidé à l’avance, les intérêts accumulés sont calculés et répartis entre les membres.

Ce projet a été lancé dans le cadre de la gestion communautaire du développement et des connaissances pour l’initiative Satomaya (COMDEKS). Il s’agit d’un programme quinquennal mis en œuvre par le PNUD en partenariat avec le ministère japonais de l’Environnement, du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et de l’université des Nations Unies. Par le biais du Programme de microfinancement du Fonds pour l’environnement mondial, la COMDEKS donne de petites subventions aux organisations communautaires locales pour élaborer une gestion saine de la biodiversité et créer des modes de subsistance durables.

Au Malawi, l’initiative se focalise sur la région de la baie de Nkhata, qui comprend des forêts primaires et des zones humides, toutes riches en biodiversité, le long du lac Malawi. Tukombo est la deuxième plus grande surface boisée du pays, avec 48 000 hectares de forêts. Les principaux moyens d’existence pour les quelque 60 000 habitants proviennent de l’agriculture, de la pêche et de petites entreprises.

Mais la déforestation croissante et l’érosion des sols due à l’extension de l’agriculture menacent les écosystèmes et les modes de subsistance. La pêche pose aussi problème, alors qu’elle compte pour 40 pour cent du total des revenus des ménages dans la région.

« Chacune des claies utilisées pour sécher le poisson utilise jusqu’à 180 jeunes arbres.  On en arrive rapidement à couper chaque année des milliers de jeunes plants, si l’on considère le grand nombre de pêcheurs et de vendeurs de poissons dans la région », s’inquiète Emily Phiri-Chintu, coordonnatrice de l’Organisation pour le développement de Kunyanja.

Un projet subventionné à hauteur de 35 000 dollars pour les communautés de pêcheurs locales a permis de construire ou rénover 15 étangs à poissons et ériger 75 séchoirs dotés de piliers en béton, ce qui a épargné quelque 7 800 jeunes arbres.

Dans la partie méridionale de la baie de Nkhata, les villageois ont décidé de former un comité afin de promouvoir le boisement et l’apiculture. Avec leur subvention de 25 000 dollars, ils ont acheté 150 ruches, qu’ils ont distribuées à 15 groupes de 300 habitants des deux sexes. Les apiculteurs ont planté 32 000 arbres (dont des arbres fruitiers) depuis 2004. L’abattage des arbres a diminué d’un tiers et les feux de brousse sont sous contrôle à présent.

Des aides sont aussi attribuées aux projets qui visent à améliorer les structures de gouvernance pour les organisations communautaires, les comités villageois de gestion des ressources naturelles et d’autres associations communautaires.

Formé en mars 2014, un groupe pilote d’épargne et de prêt formé de villageoises de Mbamba, au sud du lac Malawi, a commencé à épargner et commercer avec 5000 kwacha malawi (12 dollars EU) comme somme de départ. Un an plus tard, les fonds atteignaient 250 000 MWK (581 dollars EU), soit un taux de croissance de 5000 pour cent. Tous les fonds provenaient de prêts consentis aux membres du groupe.

Depuis le lancement de l’initiative, 200 groupes de prêts ont bénéficié directement d’une subvention de 25 000 dollars US. Et près de 5 000membres de ces groupes gèrent maintenant de petites entreprises avec succès.

Quant à Miriam, son groupe avait épargné 800 000 MKW (1 860 dollars EU) fin décembre 2014. L’argent a été distribué aux membres du groupe après qu’ils ont mis de côté 40 000 MKW à titre de capital pour janvier 2015. Avec la possibilité d’emprunter davantage de capital, Miriam se dit que rien ne peut l’arrêter.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe