Cuba : autonomiser les femmes contribue à la sécurité alimentaire

UNDP_RBLAC_CubaRosa
Le programme met à la disposition des agriculteurs des outils, des espaces de formation et des conseils pour élaborer et gérer leurs propres stratégies de développement. Photo: PNUD Cuba

Rosa Bella López, une citadine de la province orientale de Guantánamo, n’aurait jamais imaginé un jour devenir agricultrice, un travail dont elle ignorait tout. Pourtant, elle n’a pas eu peur de partir de zéro.

En entendant parler de l’attribution de terres en usufruit, et de la nécessité d’augmenter la production agricole, elle a décidé de se lancer dans l’aventure avec son mari et ses 3 enfants pour contribuer à la diversification de l’agriculture dans son pays.

« Avoir une alimentation diversifiée est un vrai casse-tête quand on vit en ville, surtout si on n’a qu’un faible pouvoir d’achat, » explique-t-elle. « C’est pourquoi mon mari et moi avons décidé de nous installer ici il y a deux ans, même si les débuts ont été difficiles. »

A retenir

  • Plus de 2 800 agriculteurs participent au Programme conjoint de décentralisation et de stimulation de la production nationale.
  • Des partenariats entre autorités et institutions scientifiques ont vu le jour au niveau national et local.
  • Le programme cible les petits producteurs, les coopératives agricoles et la population dans 5 municipalités du pays.

Toute entreprise ne va pas sans risque ni difficultés, mais cela n’a empêché Rosa de rejoindre les plus de 2 800 agriculteurs qui participent au Programme conjoint de décentralisation et de développement, mis en place dans 5 municipalités de la province. Cette initiative bénéficie du soutien du PNUD, de la FAO, de l’UNESCO et de plusieurs institutions cubaines.

« Nous avons appris à cultiver du riz, ce qui nous a permis de diversifier nos sources de revenus. Grâce au soutien des pouvoirs publics et de l’université, notre exploitation abrite un jardin entièrement dédié aux variétés de riz », indique Rosa, qui en assure l’entretien avec l’aide des autorités, de l’université locale et de l’Institut national des sciences agricoles.

Ce programme, en plus de mettre à la disposition des agriculteurs des intrants et de l’outillage, fournit équipements, espaces de formation et conseils aux pouvoirs locaux pour élaborer et gérer leurs propres stratégies de développement intégrant le secteur non étatique (des coopératives agricoles, principalement). Il a par ailleurs favorisé l’établissement de partenariats entre les autorités et les institutions scientifiques aux niveaux national et local pour que les personnes désireuses de participer activement et efficacement au développement de leur commune puissent avoir accès aux connaissances dont elles ont besoin, comme ce fut le cas pour Rosa.

Pour parvenir à leurs objectifs de développement dans le secteur agricole, les autorités locales ont identifié la nécessité de fournir une expertise technique aux exploitants ayant reçu des terres en usufruit et confrontés au défi de trouver des modes de production alimentaire écologiquement et économiquement viables.

Différentes mesures ont ainsi permis à Rosa de se familiariser avec l’utilisation de différentes technologies et de cultiver 19 variétés de riz en vue de déterminer les plus adaptées aux caractéristiques du sol et au climat de la région. Ces récoltes certifiées haute qualité seront ensuite vendues à d’autres exploitants de la commune pour améliorer les rendements et la qualité de leurs récoltes.

« Je me sens aujourd’hui complètement épanouie. J’aime travailler la terre, je peux faire profiter les autres de mes connaissances et dans un avenir relativement proche, j’augmenterai mes revenus », se félicite-t-elle.

Son mari aussi est satisfait de l'expérience : « Nous avons déjà fait des progrès et d’ici quelques mois, nous serons autosuffisants. Nous avons des poules, des lapins, des moutons, des vaches et du lait. Avec le riz, il ne nous manque plus rien ! »

Baptisée « La Rosa », leur exploitation montre qu’une définition adéquate des priorités au niveau municipal, la coopération entre les différents acteurs locaux sous l’égide du gouvernement, les partenariats avec d’autres institutions et la gestion des connaissances jouent un rôle clé pour stimuler l’économie et améliorer les conditions de vie des habitants.

Le renforcement des capacités des pouvoirs publics locaux en matière de gestion du développement s’inscrit dans une série de nouvelles initiatives de décentralisation soutenues à l’échelle du pays et susceptibles de contribuer à la réalisation des nouveaux objectifs de développement durable (ODD) ainsi qu’à la promotion du développement humain. 

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe