El Salvador : en route vers de nouvelles opportunités

Entrepreneur au Salvador
Pendant des décennies, la mauvaise infrastructure routière dans le sud du Salvador a ralenti le potentiel économique de la région, se souvient Julio Armando Gutiérrez. Photo: Mauricio Martínez / PNUD El Salvador

« Ici, ce n’est pas évident de transporter le café. C’est une région très pluvieuse, les camions s’embourbent facilement. Nos hommes devaient marcher sur des routes boueuses et encombrées par les glissements de terrain », se rappelle Julio Armando Gutiérrez, président de la Cooperativa San Antonio. « Comme le café se gâte au bout de deux jours, la compagnie qui nous l’achète nous en donnait un moins bon prix. »

Pendant des dizaines d’années, la mauvaise infrastructure routière qui relie les différentes municipalités a miné le potentiel économique et le développement humain au sud du pays.

A retenir

  • Pendant des décennies, la mauvaise infrastructure routière dans le sud du Salvador a ralenti le potentiel économique de la région.
  • Un investissement de 8,3 millions de dollars US pour une nouvelle autoroute offre de nouvelles perspectives pour les 13500 habitants de San Antonio.
  • L’emploi de main d'oeuvre locale pour la construction de l'autoroute a généré plus de 200 emplois directs.

En dépit d’une coopérative agricole de plus de 700 manzanas (490 hectares) constituée de 40 % de caféiers, d’un climat tempéré et de paysages à fort potentiel touristique, le village de San Antonio était privé de toute possibilité de croissance.

Mais les choses ont changé après le goudronnage de près de 15 km d’autoroute entre Tamanique et La Libertad, dans le cadre d’un programme de revitalisation des économies locales par le développement et la réfection des infrastructures publiques, supporté par le PNUD. Le projet ouvre de nouvelles perspectives pour quelque 13 500 habitants et s’ajoute à 4 autres programmes mis en place dans cette région montagneuse, dont deux ont déjà été menés à terme.

La culture du café constitue la principale activité de Tamanique. L’an dernier, la région a été touchée par la pire épidémie de roya (la rouille, un champignon qui attaque les plants de caféier) en 33 ans. Les cultivateurs craignaient de lourds revers économiques, mais la construction de l’autoroute a permis de réduire les pertes. Le chantier a tenu compte de l’avis de la population et employé une main d’œuvre locale, créant plus de 200 emplois directs.

« Ce type d’initiative, à savoir la construction d’infrastructures publiques avec l’assistance technique des Nations Unies, contribue à améliorer la qualité de vie des collectivités locales ainsi qu’à relever le niveau de développement humain de notre pays, » souligne Rafael Viale, coordonnateur des investissements sociaux pour le PNUD au Salvador.

Le PNUD travaille en étroite collaboration avec le ministère des Travaux publics depuis 2010 dans le but de promouvoir la mise en place d’un réseau routier à fort impact économique et social. La construction suit des procédures d’investissement public à meilleur coût et garantit la résistance de l’infrastructure ainsi que la sécurité des communautés locales.

« Nous avons amélioré l’écoulement des eaux en surface et construit des murs et des remblais pour améliorer la résistance de la route et empêcher les inondations, » souligne Viale.

Les habitants de San Antonio se souviennent de la tempête tropicale d’octobre 2010, qui les avait forcés à évacuer le village et inondé l’école. Ils se sentent désormais plus en sécurité et peuvent se mobiliser plus rapidement en cas d’urgence.

Grâce à l’amélioration des transports publics, la population peut plus facilement aller travailler et étudier en dehors du village.

Le président de la Cooperativa San Antonio évoque l’avenir prometteur de l’agriculture, du commerce et du tourisme : « Grâce à l’autoroute, nous pouvons livrer nos récoltes sans problème. Nous allons créer un projet touristique qui profitera aux familles à faible revenu et mettre à profit les ressources naturelles de la coopérative en créant des sentiers de randonnée. »

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe