Ouzbékistan : l’apiculture utile aux communautés et l’environnement

Un apiculteur en Ouzbékistan
L'entreprise apicole de Nugmanov est idéale dans sa région - elle génère du revenu, est simple à installer, et n'a pas de répercussions négatives sur un environnement naturel dejà affaibli. Crédit photo: PNUD / Ouzbékistan

Kuralbay Nugmanov, entrepreneur et agriculteur dans le nord de l’Ouzbékistan, affirme que ses voisins et lui se portent beaucoup mieux depuis qu’ils ont installé des ruches.

« Cette année, nos fruits et légumes étaient bien plus beaux que l’an dernier, avoue-t-il. Nous pensons que c’est grâce à nos abeilles. »

A retenir

  • Le Programme onusien pour le sauvetage de la mer d’Aral aide à répondre aux besoins économiques, sanitaires et alimentaires de plus de 130 000 personnes directement touchées par la crise environnementale.
  • Les entreprises apicoles génèrent un revenu annuel estimé à environ 935 dollars par individu.
  • D’autres plans de développement communautaire, comme la fourniture d’infrastructures, de services sociaux et de soins de santé, profitent indirectement à plus de 500 000 personnes.

Dans cette région du pays, un grand nombre d’habitants est privé de moyens de subsistance depuis la catastrophe de la mer d’Aral. Lorsque le lac a commencé à s’assécher, pêcheurs et agriculteurs ont vu leurs emplois s’évaporer, eux aussi. Le chômage était tellement élevé dans la région que beaucoup ont été contraints de partir.

Lancé en 2012, le programme conjoint des Nations Unies pour le sauvetage de la mer d’Aral, mis en place par le PNUD et d’autres agences des Nations Unies, ainsi que des partenaires gouvernementaux, cherche à créer de nouvelles opportunités d’emploi pour les communautés rurales touchées par cette crise environnementale.

L’apiculture n’exige pas de gros frais et la demande pour ses produits ne tarit jamais.

« Les abeilles peuvent être soit la principale source de revenus d’un ménage soit un simple appoint. Il est très motivant d’avoir accès à du miel produit naturellement », ajoute Nugmanov.

L’un des premiers entrepreneurs de son district à se lancer dans l’apiculture, Nugmanov a participé à un séminaire appuyé par le PNUD, où il a appris  comment gérer une entreprise durable et a reçu des ruches pour créer une parcelle de démonstration.

« Au début, j’ai reçu cinq ruches avec tout l’équipement nécessaire, explique-t-il. À présent, je pense pouvoir agrandir mon entreprise et installer de 20 à 30 ruches l’an prochain. » Avec ses économies, il a l’intention de remplacer sa vieille maison par une habitation neuve et payer les frais de scolarité de ses enfants. Le miel est aussi un supplément diététique important pour sa famille.

Le programme et le gouvernement de l’Ouzbékistan ont donné leur appui pour 48 parcelles de démonstration comme celle de Nugmanov dans le district d’Amudarya, et de jeunes entrepreneurs ont reçu plus de 210 ruches au total. Chaque entreprise a un revenu annuel d’environ 935 dollars.

Le projet a aussi pour ambition de créer un réseau de consultants agraires afin de promouvoir de meilleures pratiques agricoles au sein des populations rurales.

« Beaucoup de petits agriculteurs aimeraient se lancer dans ce genre d’entreprise », estime Ngumanov, qui a lui-même organisé onze ateliers et séminaires pour les fermes environnantes.

« L’apiculture ne va pas sans difficulté, mais c’est gérable et elle finit par devenir rentable. Je suis toujours disposé à partager mes connaissances avec quiconque souhaite se lancer dans ce secteur. Je suis aussi membre d’une association d’apiculteurs au sein de laquelle j’échange des informations et des connaissances avec d’autres », révèle-t-il.

Plus de 50 pour cent des agriculteurs locaux formés par Nugmanov, dont une moitié de femmes, possèdent désormais une entreprise s’occupant exclusivement d’apiculture ou utilisent à présent des abeilles pour leur exploitation agricole.

Le Programme onusien pour le sauvetage de la mer d’Aral aide à répondre aux besoins économiques, sanitaires et alimentaires de plus de 130 000 personnes directement touchées par la crise environnementale. D’autres plans de développement communautaire, comme la fourniture d’infrastructures, de services sociaux et de soins de santé, profitent indirectement à plus de 500 000 personnes.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe