Parcs naturels en Afghanistan : beauté et risques

Slide
Parc national de Band-e-Amir. Photo: Robert Few/PNUD en Afghanistan
Slide
Kubra est l'une des premières garde-forestiers féminins en Afghanistan. Photo: Robert Few/PNUD en Afghanistan
Slide
À Jawzari, Bamyan, des semences de légumes améliorées ont été distribuées. Photo: Robert Few/PNUD en Afghanistan
Slide
Un enfant collecte de l'eau aux alentours du parc de Band-e-Amir. Photo: Robert Few/PNUD en Afghanistan
Slide
Une ONG locale appuyée par le PNUD et le FEM a lancé des programmes de sensibilisation pour protéger l'environnement. Photo: Robert Few/PNUD en Afghanistan

À Band-e-Amir, parc national de la province centrale de Bamyan en Afghanistan, une panthère de Perse, une espèce que l’on pensait disparue depuis longtemps dans la région, a été photographiée par un appareil à déclenchement automatique.

Plusieurs semaines plus tard, lorsque l’un des gardes-forestier du parc rapporte l’appareil au camp de base, les photos révèlent que Band-e-Amir et son extension, un grand pâturage libre de plus de 40 000 mètres carrés, abritent plus de chats sauvages que l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Mais ces animaux et leur habitat sont mis en danger par le surpâturage, l’abattage d’arbres, le braconnage et la hausse de la fréquentation touristique.

A retenir

  • Le gouvernement afghan prévoit de marquer 10% du territoire national comme aire protégée d’ici 2017
  • 500 fourneaux économes en combustible réduisent de moitié les besoins en bois de chauffage des 14 villages résidents du parc
  • Des cuisinières solaires permettent à 160 familles de chauffer l’eau

En saison haute, le parc peut enregistrer jusqu’à 5 000 visiteurs par jour. Ceux-ci viennent admirer l’extraordinaire beauté naturelle du site, à 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, et profiter des propriétés relaxantes et prétendument rajeunissantes des six lacs du parc, d’un bleu turquoise intense.

Puis, il y a un autre type de visiteurs, moins bienvenus : les braconniers, les éleveurs de bétail, ou ceux qui abattent du bois illégalement. Avec les résidents des 14 villages du parc, c’est une pression énorme qui s’exerce sur les ressources naturelles de la zone.

La Wildlife Conservation Society (WCS) œuvre pour réparer les dégâts environnementaux causés au parc. Avec le soutien du PNUD et du projet pour la biodiversité du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), la WCS ainsi qu’une équipe d’experts locaux travaillent de concert avec les résidents du parc afin de répondre aux besoins immédiats et à plus long terme de Band-e-Amir et d’autres sites naturels vulnérables en Afghanistan.

Pour aider les résidents locaux, 500 fourneaux économes en combustible ont déjà été distribués, réduisant de moitié les besoins en bois de chauffage, et le Programme de microfinancements (une autre initiative conjointe du PNUD et du FEM) a fourni des cuisinières solaires à 160 familles pour chauffer l’eau.

Afin d’améliorer la gestion des terres par la communauté, des formations ont été proposées, concernant la culture des légumes, la gestion des bassins hydrographiques et des pâturages et la conservation des semences. Des semences de légumes améliorées ont également été distribuées.

Pour protéger la faune et traquer les braconniers, quatre gardes-forestiers féminins, les premières du pays, ont été recrutées. Elles sont également chargées de rappeler aux touristes de ne pas jeter leurs ordures sur le site, de ne pas utiliser de savon ou de shampoing dans les lacs, ou encore de ne pas faire de feu pour des barbecues.

Pour les futures générations, la WCS mène des programmes de sensibilisation dans des écoles locales sur l’importance des parcs nationaux et la manière de les préserver. À Band-e-Amir, la WCS a mis en place un Conseil de développement communautaire, qui réunit les autochtones afin d’approuver des projets, de débattre des futurs développements du parc, et d’être unis face aux menaces extérieures.

Pour qu’il y ait un équilibre entre développement et conservation, personnes et nature, la WCS, avec le soutien du PNUD, travaille actuellement à l’élaboration d’un nouveau plan de développement de cinq ans. Le but est de mettre en place des installations touristiques améliorées capables de se fondre dans l’environnement et de fournir des emplois aux habitants locaux.

Le PNUD a contribué à l’établissement de l’entité Afghan Parks and Wildlife Authority, destinée à diriger et protéger non seulement le site de Band-e-Amir, mais aussi tous les parcs nationaux du pays.

Le gouvernement afghan a ainsi reconnu trois autres sites naturels comme aires protégées : la réserve naturelle du Grand Pamir, la réserve naturelle de Teggermansu, et le Corridor du Wakhan. Les aires protégées existantes doivent être élargies et des mesures strictes doivent être mises en place pour conserver les espèces animales existantes, dont le risque d’extinction est élevé, en Afghanistan. Le gouvernement afghan prévoit de marquer dix pour cent de l’ensemble de son territoire national comme aire protégée d’ici 2017.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe