À Cuba, la sécurité alimentaire passe par l'agriculture bio

La Coopérative Waldo Díaz Fuentes cultive des légumes et des plantes médicinales résistant au changement climatique. Photo: PNUD à Cuba

« Ma journée commence très tôt le matin : je vérifie si les plantes n’ont pas été abîmées pendant la nuit, ensuite je désherbe, bine et sème les plantules », explique Aliannis Bonne Urgellés, de la province d’Artemisa à Cuba.

A 19 ans, Aliannis a déjà un diplôme d’agronomie de niveau intermédiaire, et est le plus jeune membre de la coopérative de production agricole Waldo Díaz Fuentes à Güira de Melena, une municipalité qui cultive des légumes et des plantes médicinales.

Les soins qu’Aliannis apporte aux plantes sont particulièrement importants dans le contexte du changement climatique.   

A retenir

  • Le projet, mis en place dans 3 municipalités, a bénéficié à 90 000 personnes
  • De nouvelles variétés de semences résistant aux conditions météorologiques défavorables et aux pénuries d’eau ont été distribuées
  • Le projet a amélioré les systèmes de gestion de l’information et créé des centres de partage des connaissances relatives à l’environnement

Le secteur agricole cubain est touché par des sécheresses plus intenses et fréquentes, et le manque d'eau a des conséquences marquées sur l’ensemble de la production agricole et de l’élevage de bétail. Le pays fait actuellement face à la pire sécheresse qu’il ait jamais connue au cours des 115 dernières années, et qui, selon les prévisions météorologiques, devrait se poursuivre en 2016. Les réservoirs de Cuba sont actuellement remplis à un niveau bien en deçà de leurs capacités (environ 38 %).

Artemisa est l’une des trois provinces où une initiative du PNUD, financée par l’Union européenne et la Direction suisse du développement et de la coopération, aide à réduire les effets négatifs du changement climatique en gérant les ressources naturelles de manière durable, en utilisant des technologies agricoles novatrices et en échangeant les meilleures pratiques parmi les producteurs agricoles.  

La coopérative d’Aliannis emploie 18 femmes qui sont formées pour cultiver des produits agricoles sans endommager l’environnement. Elles utilisent des mesures d’adaptation et de gestion environnementale telles que la rotation des cultures, l’énergie renouvelable, et la gestion intégrée des déchets.

Afin d’atténuer l’impact du changement climatique, le projet fournit des variétés de semences qui résistent aux conditions météorologiques extrêmes, notamment aux températures élevées et aux pénuries d’eau. Des bio stimulants et des engrais biologiques permettent d'améliorer la condition des sols.

Dans les municipalités côtières de la région, des chercheurs ont mené des études sur le terrain pour analyser les types de sols, l’habitat et les courants côtiers locaux afin de déterminer les semences les plus appropriées aux contraintes de l’environnement.

Outre les mesures d’adaptation, le projet a également amélioré les systèmes de gestion de l’information et créé des centres de partage des connaissances relatives à l’environnement. Le réseau d’Agro-météorologique recueille des données (notamment des chiffres sur les parasites et les rendements de cultures) et diffuse informations et outils pour promouvoir la production agricole, notamment des conseils sur l’irrigation et des alertes précoces concernant les sécheresses.

La Coopération Sud-Sud entre Cuba et le Brésil, la Bolivie, la République dominicaine, le Nicaragua, la Colombie et le Chili donne aussi l’occasion de mettre en commun bonnes pratiques et réussites agricoles, et de prendre part à des échanges et des formations.

Ces nouvelles mesures contribueront grandement à améliorer le secteur agricole et la sécurité alimentaire dans un pays qui importe une proportion importante de son alimentation, à savoir 80 % depuis 2009.

Mis en œuvre dans trois municipalités, le projet espère s’étendre à 30 municipalités supplémentaires dans les provinces voisines.

« J’adore mon travail. Lorsqu’il le faut, je travaille aussi le dimanche. Je gagne bien ma vie, ce qui me permet d’être indépendante sur le plan économique », dit Aliannis qui poursuit ses études pour devenir une spécialiste de la protection des plantes.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe