Connecter les communautés au Myanmar

Les communautés travaillent ensemble à la rénovation d'une route
Les communautés travaillent ensemble à la rénovation de la route. Crédit photo : SHOBHNA DECLOITRE/UNDP

Chaque année à cause la mousson, les habitants de l’état de Kachin, au nord du Myanmar, sont paralysés pendant plusieurs mois.

« Pendant la saison des pluies, la route qui traverse notre village est un véritable bourbier. Il est difficile pour les écoliers de se rendre à l’école et pour ceux qui quittent le village, de se rendre au travail, » explique Ma Sang Nan, une habitante du village de Tat Kone, où elle a contribué à la rénovation de la route en compagnie de 51 autres personnes.

Highlights

  • Un projet de renforcement des moyens de subsistance et de la cohésion sociale, financé par le Japon et le Danemark, bénéficie à plus de 700 000 personnes au sein des communautés affectées par le conflit au Myanmar.
  • Plus de 18 000 jours de travail ont été créés grâce aux fonds accordés aux programmes de travaux de réfection de petites infrastructures publiques, bénéficiant à plus de 8 000 foyers dans l’État de Kachin.
  • Le projet contribue à renforcer la cohésion sociale en faisant participer les communautés d’accueil et les nouveaux arrivants à des initiatives communes.

Kachin est l’épicentre d’une guerre civile qui dure depuis des décennies. On estime que 113 000 personnes ont été affectées par la reprise des combats en 2012. L’état a un taux de pauvreté (28,6 %) supérieur à la moyenne nationale et fait face à des défis de taille : infrastructures en mauvais état, manque d’accès aux services publics et sociaux (entre autres, aux écoles et aux hôpitaux) et opportunités d’emploi limitées.

Le projet de réfection routière à Tat Kone s’inscrit dans le cadre d’un programme plus vaste de renforcement des moyens de subsistance et de la cohésion sociale mené par le PNUD au Myanmar. Le projet, qui couvre 300 villages dans 7 états du Myanmar, profite à plus de 700 000 personnes au sein des communautés touchées par le conflit et vivant dans la pauvreté, en particulier les minorités ethniques et les femmes.

Grâce aux fonds du Japon et du Danemark, ainsi qu’au partenariat avec des ONG locales, le PNUD met en place une protection sociale et un soutien financier pour l’agriculture, l’élevage, les microentreprises et la création d’emploi. Comme Ma Nan, les participants aux programmes perçoivent 3000 à 5000 kyats par jour (environ 5 dollars) pour remettre en état de petites infrastructures publiques comme les routes, les remblais, les salles communautaires et les marchés.

Le projet vise aussi à renforcer la cohésion sociale entre les communautés. Ainsi, les communautés d’accueil et les nouveaux arrivants déplacés par le conflit participent à des initiatives bénéfiques à l’ensemble de la communauté. Sur les 52 personnes qui ont travaillé à la réfection de la route à Tat Kone, 21 étaient des femmes. Huit s’étaient installées dans le village après avoir été déplacées de leur communauté.

« Les hommes, les femmes, les jeunes, les personnes âgées, les personnes déplacées et les communautés d’accueil ont travaillé en équipe à la réalisation de ce projet. Grâce à cette route, on peut accéder aux autres villages, trouver d’autres marchés pour nos produits et nos enfants peuvent aller à l’école toute l’année, » dit U Bauk Naw, l’Administrateur du village Ngaw Chan, où le comité de développement considère la réfection des infrastructures comme une priorité.

À ce jour, le projet a été mis en œuvre dans 42 villages de l’état de Kachin, la réfection des infrastructures bénéficiant à plus de 8 000 foyers et à près de 2 200 personnes (dont 733 femmes) rémunérées par les fonds accordés pour des programmes de travaux.

« Cette route vous mènera vers un meilleur avenir et vous permettra de subvenir à vos besoins. Il est aussi à espérer qu’à long terme, elle favorisera une meilleure compréhension et coopération entre les communautés, » a déclaré Toily Kurbanov, Directeur du bureau de pays du PNUD.

 

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe