Accessibilité et participation aux élections en Haïti

Un homme apprend à marcher à l'aide d'une prothèse
Selon Handicap International, près de 4 000 personnes ont dû être amputées d’un membre après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Photo Marco Dormino / MINUSTAH

Ketizia Brunard, 26 ans, est manchote depuis le séisme du 12 janvier 2010. Elle votera pour la première fois lors des prochaines élections législatives et souhaite jouir pleinement de ses droits civils et politiques : « J’espère que les personnes à mobilité réduite pourront contribuer à élire les prochains dirigeants de ce pays, » dit la jeune femme, secrétaire du  Réseau Associatif National Pour l’Intégration des Personnes Handicapées.

Lors d’une formation BRIDGE (Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et Élections) organisée avec l’appui du PNUD et la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES), Ketizia a encouragé les autorités à lancer un recensement des personnes à mobilité réduite pour leur donner l'opportunité de prendre part au processus électoral.

A retenir

  • Le projet de 2 ans financé par le gouvernement haïtien, le Canada, l’Union Européenne et les USA vise à appuyer l’organisation d’élections régulières, libres et transparentes.
  • Les femmes représentent seulement 4% des membres du Parlement en Haïti.
  • Les prochaines élections nécessiteront l’enregistrement de six millions d’électeurs et l’impression de 42 000 kits électoraux de vote.
  • Depuis 2013, 4 formations BRIDGE ont inclus 43 femmes et 6 personnes handicapées

« Pour faciliter la participation des personnes à mobilité réduite, les dirigeants pourraient expérimenter le vote électronique ou à travers le téléphone portable ou encore mettre en place dans chaque commune des bureaux spéciaux, » conseille-t-elle.

« Comment demander à un non-voyant de participer en toute indépendance au processus électoral sans mettre à sa disposition un bulletin de vote en braille ? » demande un autre participant à la formation, Emmanuel Cossy, Directeur Exécutif du Centre National de Défense des Démunis et Handicapés en Haïti.

Les formations BRIDGE font partie du programme d’appui au processus électoral mis en place par le PNUD avec le financement du  Gouvernement d'Haïti, du Brésil, du Canada, des États-Unis, du Mexique et de l’Union Européenne.

Le but est de renforcer les capacités des institutions publiques dans le domaine des élections, de la justice, de la police, de l’administration pénitencière, de l’aménagement du territoire et de la réforme administrative.

Au cours de l’année 2014, plus de 40 fonctionnaires électoraux ont ainsi eu l’occasion d’élargir leurs connaissances de l’administration électorale, d’approfondir les questions de genre et d’accès des personnes handicapées au processus politique et électoral, et de réfléchir à des solutions durables pour des élections régulières, libres et transparentes.

« À travers ces formation, le PNUD s’est engagé aux côtés des autorités nationales à permettre aux cadres de l’administration électorale d’acquérir les compétences nécessaires pour organiser des élections qui jouissent de la confiance de tous les acteurs » souligne Sophie de Caen, Directrice principale du PNUD en Haïti.

Les formations BRIDGE vont se poursuivre tout au long de l’année 2015 et se focaliser sur la participation des jeunes, de la diaspora et, surtout, des femmes.

Bien que constituant plus de 52% de la population haïtienne, les femmes restent encore trop souvent reléguées au second plan des affaires sociales, politiques et économiques. Haïti a seulement cinq femmes députées, soit 4% des membres, ce qui situe le pays à la 138e position au niveau mondial selon l’Union Interparlementaire.

Plus de 100 participantes issues de mouvances politiques variées ont ainsi participé au premier forum « La femme haïtienne en politique. Stratégies pour gagner » organisé par le PNUD, l’IFES et ONU Femmes pour considérer les avantages que peut générer l’engagement politique des femmes en période électorale. L’une des stratégies considérée comme gagnante – réduire les frais d’inscription dans les partis politiques pour les femmes – servira également de facteur de motivation important pour les partis.

Lors des élections  législative et présidentielle de 2011, le PNUD avait déjà apporté un soutien essentiel au Conseil électoral en établissant les listes électorales pour 4,7 million d’électeurs. Il avait aussi encouragé la participation aux élections dans les camps de personnes déplacés, fourni une formation juridique pour régler les différends électoraux et communiqué des informations à l’électorat grâce à un système de messagerie texte, à un centre d’appel et à un site web.

Les élections prévues en 2015 pourraient impliquer l’enregistrement de six millions d’électeurs, l’achat de 42 millions de bulletins de vote, la pose de 13 500 bureaux de vote, l’installation de 1800 centres de vote, ainsi que le déploiement de plus de 50 000 membres de personnel temporaires à travers le pays.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe