Le Zimbabwe lance un traitement du VIH à grande échelle


Morgester, qui travaille comme tailleur, s'est dit impressionné par le programme à travers lequel il reçoit un traitement antirétroviral contre le sida. Photo: Le Fonds mondial / Charlie Shoemaker

Timothy Sandramu, 35 ans, qui travaille comme bénévole à la polyclinique de Kuwadzana, un centre de santé publique à Harare, se rappelle encore avec douleur la détresse qu’il a éprouvée en 2005, lorsqu'’il a découvert qu'il était séropositif.

« C’est ma mère qui m’a amené ici en chaise roulante », dit Timothy, qui explique qu’il souffrait de douleurs abdominales et avait perdu l’appétit.

A Retenir

  • Le Zimbabwe a connu l’une des baisses les plus spectaculaires du taux de VIH en Afrique australe, où il est passé de 27 pour cent en 2007 à un peu plus de 15 pour cent en 2010, d’après des données nationales
  • 203 440 personnes bénéficieront d'une thérapie antirétrovirale d’ici fin 2012 au Zimbabwe
  • Le Zimbabwe représente le portefeuille le plus important du partenariat PNUD-Fonds mondial, qui couvre 25 pays à travers le monde.

L’annonce du diagnostic a été suivie par des nouvelles encore plus dévastatrices.

« On m’a dit que les médicaments antirétroviraux n’étaient pas immédiatement disponibles et on m’a mis sur une liste d’attente d’un an. À l’époque, il était extrêmement difficile d’obtenir ces médicaments au Zimbabwe. »

Aujourd’hui, Timothy est un homme neuf, un travailleur communautaire qui donne bénévolement de son temps au centre de santé et est président de district d’un groupe d’appui coordonné par une ONG locale, le Réseau national des personnes vivant avec le VIH/sida au Zimbabwe.

Bénéficiaire d’un partenariat entre le PNUD, le gouvernement et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, il fait partie des milliers de personnes vivant avec le VIH qui sont maintenant certaines de continuer à avoir accès aux médicaments antirétroviraux. Le Fonds mondial a récemment approuvé un versement de 84 millions de dollars dans le cadre d’une subvention de 204,8 millions de dollars gérée par le PNUD. Cette subvention aidera le Zimbabwe à réaliser son plan visant à fournir un accès universel aux traitements contre le VIH à l’horizon 2012.

Ce dernier versement permettra d’administrer une thérapie antirétrovirale à 10 000 habitants de plus, portant ainsi le nombre total de bénéficiaires à 203 400 d’ici la fin 2012. Les fonds serviront aussi à constituer une réserve d’antirétroviraux équivalente à six mois de soins pour les 480 000 adultes qui ont besoin d’un traitement contre le sida au Zimbabwe.

Le pays peut se vanter d’avoir connu l’une des baisses les plus spectaculaires du taux de VIH en Afrique australe, où il est passé de 27 pour cent en 2007 à un peu plus de 15 pour cent en 2010, d’après l’Enquête démographique sur la santé au Zimbabwe 2010/2012. Ce succès peut être attribué en grande partie à la distribution de thérapies antirétrovirales gratuites dans les cliniques publiques.

« Les ressources du Fonds mondial ont été d’une aide capitale dans le lancement des programmes de traitement du VIH à grande échelle dans notre pays », explique Dr Tsitsi Apollo, directeur de programme du Bureau sida et tuberculose au Ministère de la santé et du bien-être de l’enfant. Et d’ajouter : « Grâce à des partenariats solides nous avons pu utiliser les ressources du Fonds mondial de manière à avoir un impact réel. »

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels