La lutte contre le sida et la tuberculose progresse en Haïti

Mirlande a suivi des cours de cosmétologie dans le cadre d’un programme de formation destiné aux personnes vivant avec le VIH. Photo: PNUD en Haïti
Mirlande a suivi des cours de cosmétologie dans le cadre d’un programme de formation destiné aux personnes vivant avec le VIH. Photo: PNUD en Haïti

Mirlande Louis, une jeune travailleuse du sexe d’Haïti, appartient à l’un des groupes les plus touchés par le VIH/sida. De fait, les professionnels du sexe affichent dans ce pays une prévalence de 8 %, comparé à 1,9 % pour la population haïtienne dans son ensemble.

Cependant, grâce à la formation dont elle a bénéficié à la Fondation pour la santé reproductrice et l’éducation familiale (FOSREF) soutenue par le PNUD, elle a pu diminuer nettement les risques auxquels son activité l’expose. 

A retenir

  • Près de 40 000 personnes atteintes d’une infection à VIH avancée ont reçu un traitement antirétroviral en 2012.
  • Quelque 7 000 séances d’accompagnement psychologique ont été organisées pour venir en aide aux personnes vivant avec le VIH.
  • Plus de 15 000 jeunes de 10 à 24 ans ont été sensibilisés au VIH/sida à travers le pays.

« Au centre, on m’a appris à me protéger contre le sida et les autres maladies sexuellement transmissibles. La formation que j’ai suivie ici est très utile et depuis, je sensibilise d’autres personnes de mon entourage à cette maladie », explique Mirlande, qui refuse désormais tout rapport sexuel non protégé.  

Dans le cadre d’un programme conjoint du PNUD et du gouvernement haïtien, et grâce aux financements du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, près de 40 000 personnes atteintes d’une infection à VIH avancée ont reçu un traitement antirétroviral en 2012.

Ces deux dernières années, quelque 7 000 séances d’accompagnement psychologique ont été organisées pour venir en aide aux personnes vivant avec le VIH, et près de 18 millions de préservatifs ont été distribués à la population.

Et plus important encore pour endiguer la propagation de l’épidémie en Haïti, plus de 15 000 jeunes de 10 à 24 ans ont été sensibilisés au VIH/sida à travers le pays.

« Je rêve de ne plus avoir à me prostituer, de pouvoir gagner ma vie autrement et de vivre comme tout le monde », ajoute Mirlande, qui a également suivi des cours de cosmétologie avec la FOSREF, dans le cadre d’un programme de formation conjoint destiné aux personnes vivant avec le VIH.

Parallèlement, le PNUD et ses partenaires ont continué à œuvrer en Haïti avec le Fonds mondial pour réduire l’incidence et la prévalence de la tuberculose, ainsi que la mortalité associée à cette maladie.

Au total, ces efforts axés sur l’amélioration du dépistage et de la prise en charge de la tuberculose ont permis de guérir près de 70 % des patients recensés entre 2011 et 2012, soit une hausse de 11 % par rapport aux résultats enregistrés en 2011.

En outre, près de 230 centres de diagnostic et de traitement ont ouvert leurs portes en 2012.