Bosnie-Herzégovine : Une étape franchie vers la fin de la stigmatisation liée au VIH


Photo: Katie Harbath

Avec la naissance d’un bébé né par césarienne d'une mère séropositive, la Bosnie-Herzégovine a franchi une étape importante dans son action pour mettre fin à la stigmatisation et la discrimination associées au VIH.

À retenir

  • Un montant de 40 millions de dollars US, accordé par le Fonds mondial et géré par le PNUD en Bosnie-Herzégovine, permet depuis 2006 d’axer l’action sur la prévention et le traitement du VIH/sida.
  • Le taux d'infection au VIH est aujourd’hui de moins de 1% pour la population globale et moins de 5% pour les populations à risque.
  • Grâce au soutien du PNUD, 22 centres fournissant un dépistage gratuit et confidentiel du VIH pour tous ont été mis en place dans le pays.
  • Suite à des campagnes de sensibilisation et de mobilisation, la question du VIH/sida a été inscrite au centre de la planification et des budgets nationaux, et une stratégie nationale a été adoptée par le Conseil des ministres en septembre 2011.

« Nous avons conscience de la quantité de sang que peut générer un accouchement par césarienne, mais là, il n’y a eu aucune hésitation ni discrimination  », a déclaré Vesna Hadžiosmanović, Chef du Département VIH/sida à la clinique des maladies infectieuses de Sarajevo. « L’équipe de médecins a fait un excellent travail. » 

Le bébé est en bonne santé et est séronégatif au VIH.

En Bosnie Herzégovine, seules 245 personnes vivent avec le VIH, pourtant, la stigmatisation qui y est associée est forte. 

Alors que la médecine progresse, notamment dans le domaine de la thérapie antirétrovirale, les spécialistes de santé en Bosnie-Herzégovine estiment qu’il est plus difficile pour les personnes vivant avec le VIH de faire face à la stigmatisation et à la discrimination que de se maintenir en bonne santé. La stigmatisation est solidement enracinée dans le secteur de la santé.

« C’est pour ce jour-là que j’ai vécu. » 

La mère du bébé n’avait que 21 ans lorsqu’elle a découvert sa séropositivité, explique Hadžiosmanović. « Lorsqu’elle a découvert qu’elle avait contracté le VIH par son petit ami, elle a cru que son monde s'écroulait », déclare-t-elle.

Grâce au soutien, au conseil et aux traitements, son état de santé s’est stabilisé. La jeune femme s’est finalement mariée avec son petit ami, a obtenu un diplôme universitaire, trouvé un emploi et a décidé d’avoir un enfant.

« Je suis tellement heureuse aujourd’hui » a-t-elle déclaré le lendemain de son accouchement. » « C’est pour ce jour-là que j’ai vécu. Si j’avais su que tout se passerait si bien, j'aurais pris cette décision bien avant. »

Avec l'appui du PNUD et le financement du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, depuis 2006, la Bosnie-Herzégovine axe son action sur la prévention et le traitement du VIH/sida. Le pays a mis au point des programmes éducatifs pour réduire la stigmatisation associée au VIH, en particulier dans le secteur de la santé.

« Notre mission est d’assurer à tous les citoyens le droit de mener une vie digne », indique Zahira Virani, représentante adjointe du PNUD en Bosnie-Herzégovine. « Je suis tellement heureuse pour les parents qui pensaient, il y a quelques années, que ce genre d’événement ne pourrait jamais arriver. C’est un grand pas en avant pour les services de santé et pour la Bosnie-Herzégovine tout entière. »

Selon Zulfo Godinjak, le médecin qui a mis l’enfant au monde, d’autres couples séropositifs devraient avoir des enfants à l’avenir en Bosnie Herzégovine.

« Nous espérons que la stigmatisation associée au VIH/sida disparaîtra complètement » a-t-il déclaré. « Les patients séropositifs qui reçoivent en permanence des soins médicaux et une thérapie ne sont pas différents des patients atteints de la tuberculose ou d’autres maladies. Il est temps de les traiter en tant que tel. »

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels