L’Ouzbékistan revoit ses normes de construction et d’efficacité énergétique

 Solar panels in Uzbekistan
Des résidents assistent à la cérémonie d'ouverture d'une nouvelle école dans la région de Kurgantepa, en Ouzbékistan. L'école est l'un des huit sites pilotes d'un projet conjoint du PNUD et du FEM pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments publics. ©PNUD Ouzbékistan

Pendant l’hiver, les enfants de l'École n° 2 dans la vallée de Fergana en Ouzbékistan avaient l’habitude de porter leurs manteaux d’hiver en classe. Par manque d’électricité et d'eau chaude, l’école utilisait du charbon, du bois et quelques fois de la bouse de vache séchée pour chauffer les salles de classe à des températures tolérables.

Depuis, l'école a été sélectionnée pour participer à un projet pilote visant à promouvoir l'efficacité énergétique dans les bâtiments publics du pays. L’isolation a été renforcée, de nouvelles portes et fenêtres à double vitrage ont été installées, et le bâtiment équipé de sas d’entrée pour conserver la chaleur en hiver et la fraîcheur en été.

« Notre école sera agréable en toute saison grâce à cette rénovation », dit Nozima Ibrohimova, élève en huitième année. Le taux de fréquentation scolaire a atteint près de 100 pour cent en hiver suite à la rénovation du bâtiment.

Lancé par le gouvernement en partenariat avec le Fonds pour l'environnement mondial et le PNUD, le projet pilote porte sur huit bâtiments publics : deux écoles écoénergétiques ont ainsi été construites, quatre autres rénovées, ainsi que deux centres de santé.

Un audit énergétique réalisé avant les rénovations a indiqué que la consommation d'énergie dans les bâtiments rénovés diminuerait de 67 pour cent  et que les mesures d'efficacité permettraient de réaliser un gain énergétique de 1,53 million de kilowatt par an— soit l’équivalant de près de 13 500 dollars pour les huit bâtiments.

À retenir

  • Un projet pilote visant à accroître l'efficacité énergétique dans les bâtiments publics en Ouzbékistan a permis réduire la consommation d’énergie de 67% dans les bâtiments rénovés.
  • De nouveaux codes nationaux de construction devraient contribuer à réduire de 870 000 tonnes les émissions de gaz à effet de serre du pays.
  • Près de 500 experts nationaux et 400 étudiants et spécialistes en construction ont été formés aux nouvelles normes.

Le FEM a contribué à hauteur de 15 pour cent du montant total requis pour la construction et la rénovation des bâtiments, le solde ayant été financé par le gouvernement — ce qui témoigne de l’intérêt que le pays porte à cette initiative.

En 2005, le gouvernement ouzbek a lancé un vaste programme de construction et de rénovation des bâtiments publics et s’est fixé pour objectif de livrer plus de 10,8 millions de mètres carrés de bâtiments rénovés ou nouvellement construits à l’horizon 2015.

Le PNUD a encouragé le gouvernement à investir dans des modèles et des technologies éco-énergétiques qui lui permettraient non seulement de réduire sa facture énergétique mais aussi de fournir de meilleures infrastructures à une population estimée à 27 millions d'habitants — soit 29 pour cent de plus qu’au moment de l'éclatement de l'Union soviétique.

Ciblant une réduction de 25 pour cent de sa consommation d'énergie, le gouvernement a révisé ses normes et intégré pour la première fois des concepts et principes d’efficacité énergétique dans ses nouveaux codes de construction, désormais obligatoires dans tout projet de construction ou de rénovation.

Pour garantir le respect de ces normes, le PNUD a mis l'accent sur ​​le renforcement des capacités et des connaissances de la population. Quelque 480 experts nationaux ont ainsi été formés aux codes d’efficacité énergétique dans les bâtiments. En parallèle, des programmes d'enseignement et modules de formation ont été développés par l'Université technique et l'Institut d'architecture de Tachkent pour les futurs architectes et ingénieurs du pays.

« La construction de bâtiments écoénergétiques pose un défi majeur aux architectes, aux concepteurs et aux constructeurs certes, mais à terme, elle pourra contribuer à réduire la consommation d'énergie, et partant, les émissions de gaz à effet de serre du pays », a déclaré Natalia Derkunova, l’un des participants à la formation.

L'efficacité énergétique est un défi majeur en Ouzbékistan. L’approvisionnement énergétique pour le chauffage et l'eau chaude en hiver coûte environ 350 millions de dollars par an. Le pays compte de nombreux bâtiments délabrés dont la reconstruction ou la rénovation est prévue. Le respect des codes d’efficacité énergétique dans les nouveaux édifices publics devrait contribuer à réduire de plus de 870 000 tonnes les émissions annuelles de gaz à effet de serre du pays, selon l'Agence internationale de l'énergie.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur