L'écotourisme transforme les moyens de subsistance au Cambodge

Ecotourisme au Cambodge
Des villageois en formation observent des oiseaux sur le site protégé de Tmatboey, province de Preah Vihear, Cambodge. (Photo : Sok Sony / Wildlife Conservation Society)

Les plaines du nord du Cambodge, d'une importance capitale pour la biodiversité mondiale, sont gravement menacées par la surexploitation, en particulier la chasse commerciale, l'abattage des forêts et les pratiques de pêche destructrices.

La perte de la biodiversité nuit en particulier aux communautés rurales pauvres, dont la survie et le bien-être dépendent des biens et des services tirés de l'écosystème.

À retenir

  • Le PNUD gère 512 projets de protection des écosystèmes et de la biodiversité dans 146 pays.
  • Plus de 2 000 aires protégées couvrant 272 millions d'hectares ont été mises en place dans 85 pays depuis le lancement du programme.
  • En six ans, les taux d'abattage et de chasse ont baissé d’environ 90% sur le site protégé de Preah Vihear au Cambodge.
  • Plus de 5 000 fonctionnaires et résidents locaux ont été formés à la planification de la conservation des espèces.

Pour résoudre ce problème, le PNUD a lancé, en partenariat avec le gouvernement du Cambodge et la Wildlife Conservation Society (WCS), un projet de conservation de la biodiversité intégré au tourisme, à la sylviculture, à l'agriculture, à la pêche et à la chasse. Financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), le projet promeut l’écotourisme comme activité génératrice de revenus pour les communautés locales.

« Avec un oiseau, je ne nourris ma famille qu’une fois. Mais en emmenant des touristes voir cet oiseau, je gagne 5 dollars par visite. Ma communauté gagne des milliers de dollars en montrant les mêmes oiseaux aux touristes jour après jour », explique Yin Sary, un ancien braconnier devenu guide écotouristique.

Yin Sary est membre du projet Ibis de Tmatboey. Cette initiative, qui a su remarquablement promouvoir une approche communautaire de l'écotourisme, lutte contre la pauvreté rurale tout en protègeant les espèces sauvages menacées de disparition, telles que l'ibis géant et l'ibis de Davidson, deux oiseaux extrêmement rares. Se servant des ibis comme emblème, le projet a mis sur pied une entreprise de tourisme local qui utilise les recettes de l'écotourisme pour encourager la communauté à protéger et à gérer les espèces sauvages.

La WCS et les ONG locales partenaires ont formé la population à l'entretien des logements et au travail de guide touristique. En 4 ans, les réservations ont progressé de plus de 25 pour cent par an, contribuant à la durabilité du projet. La chasse et la vente d'espèces sauvages ont baissé de 90%.

Un fonds de développement villageois, alimenté par les dons des touristes, a été créé pour financer des projets de développement communautaire, tels que le soutien à l'agriculture, l'amélioration des routes et la construction de puits.

La communauté a parfaitement compris l'importance qu’avaient les espèces sauvages menacées de la région pour l'écotourisme et la nécessité de les protéger.

Le succès de l'initiative a valu à Tmatboey le prix de la Fondation Wild Asia pour le meilleur projet écotouristique communautaire.

À son tour, cette distinction a suscité l'intérêt du ministère cambodgien de l'Environnement, qui a demandé l'identification et l'exploitation de six autres sites écotouristiques.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels