Tanzanie: des fours en argile améliorent les conditions de vie

Tanzania: UNDP supported clay stoves make life easier for rural women
Stella Fungameza peut désormais cuisiner avec moitié moins de bois de chauffage. (Photo: PNUD)

Jusqu’en janvier dernier, Stella Fungameza, mère de trois enfants et âgée de 30 ans, devait se rendre en forêt deux fois par semaine. Pendant 12 heures, elle ramassait quelque 30 kilos de bois de chauffage qu’il lui fallait ensuite ramener chez elle à chaque voyage.

Aujourd’hui, elle peut cuisiner avec deux fois moins de bois grâce à un projet énergétique piloté par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Tanzanie, pays confronté à une grave pénurie d’énergie.

A retenir

  • Plus de 40 millions de tanzaniens - environ 94 % de la population – dépendent du bois de chauffage et du charbon pour cuisiner.
  • Au cours des 50 dernières années, la couverture forestière du pays est passée de 6,3 à 0,8 hectares par personne.
  • Les fours améliorés pourraient faire chuter la consommation annuelle de bois de chauffage de 27 000 à 13 5000 tonnes.

Le PNUD œuvre aux côtés des pouvoirs publics à fournir des fours plus efficaces, pour que les gens n’aient plus à ramasser et à brûler autant de bois. Les nouveaux fours émettent moins de fumée à l’intérieur des maisons – ce qui améliore la santé publique – et permettent aux femmes comme Stella de passer plus de temps avec leurs enfants ou de se lancer dans une activité génératrice de revenu.

« Maintenant, je ne ramasse plus de bois qu’une fois par semaine au lieu de deux, explique Stella. Comme les nouveaux fours produisent peu de fumée, je peux rester dans la cuisine avec mes enfants. La fumée était mauvaise quand je cuisinais sur mon traditionnel foyer à trois-pierres. Mes enfants toussaient beaucoup et se plaignaient d’avoir mal aux yeux. »

Plus de 40 millions de tanzaniens – environ 94 % de la population – dépendent du bois de chauffage et du charbon pour cuisiner. Au cours des 50 dernières années, la couverture forestière du pays est passée de 6,3 à 0,8 hectares par personne en 2010, laissant derrière elle des kilomètres carrés de terres stériles, incapables d’absorber l’eau ni d’accueillir de la végétation.

Quand le projet a démarré il y a trois ans, le PNUD a formé 80 jeunes hommes et femmes à la construction de fours à bois à l’aide d’argile et de sable. En 2011, ils avaient construit 7 500 fours et formé plus de 350 autres villageois à faire de même. Le PNUD a encouragé l’utilisation de fours en argile car ils consomment moins de bois et s’éteignent plus lentement que les fours ouverts traditionnels.

« Correctement utilisés, les 7 500 fours améliorés feront chuter la consommation annuelle de bois de chauffage de 27 000 à 13 5000 tonnes, affirme Bariki Kaale, expert forestier du PNUD en Tanzanie. Si tous les ménages du pays se mettaient à utiliser ces fours à bois améliorés, la déforestation pourrait être réduite des 412 000 hectares actuels à environ 206 000 hectares par an. Cela améliorerait la conservation des ressources en eau et la biodiversité, et réduirait la contribution au changement climatique. »

Ces trois dernières années, le projet a bénéficié d’un montant de 850 000 dollars EU versé par le PNUD, ainsi que de 152 000 dollars EU supplémentaires octroyés par l’Agence Suédoise de Développement International.

Aujourd’hui, deux projets pilotes sont en cours dans les districts de Kwimba et Moshi, qui hébergent plus d’un million d’habitants. Des projets sont actuellement en cours de réalisation pour étendre le même programme à d’autres parties de la Tanzanie.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur